Aller au contenu principal

Un plan qui veut faciliter le recours au crédit

Le pacte de consolidation et de refinancement des exploitations agricoles propose un fonds public de garantie pour aider le recours au crédit chez les céréaliers.

Bpifrance, la banque publique d’investissement, met en place un fonds de 1,5 milliard d’euros pour garantir les prêts des agriculteurs auprès des banques. C’est la principale nouveauté du pacte de consolidation et de refinancement de l’agriculture présenté le 4 octobre par le Premier ministre, Manuel Valls. Si ce fonds de garantie est ouvert à tous, le gouvernement insiste dans un communiqué sur le fait qu’il « vise à répondre prioritairement au besoin en refinancement du secteur céréalier ». Attention, l’État ne prendra en charge le coût de la garantie que pour les agriculteurs en difficulté, enregistrant une perte prévisionnelle d’EBE en 2016 supérieure à 20 % par rapport à la moyenne olympique des cinq dernières années. Il faut en faire la demande avant le 31 décembre. Dans cette opération, la BPI sera au besoin épaulée par la société de caution mutuelle pour les petites entreprises (SIAGI), afin de « proposer des solutions de garantie à la majorité des cas rencontrés ». Deux grands types d’opérations sont concernés : les nouveaux prêts de deux à sept ans et la restructuration des crédits existants.

Les banques mobilisées

Dans un entretien accordé à l’AFP, le Crédit agricole avait fait savoir mi-septembre qu’il développerait deux enveloppes, l’une de 3,5 milliards pour les prêts court terme qui prépareront la campagne 2016-2017, l’autre de 1,5 milliard pour les prêts à moyen terme destinés à gérer les problèmes plus structurels. Le réseau Banque populaire a quant à lui réagi dans la foulée de l’annonce du plan, qu’il relaiera auprès de ses agriculteurs. Les cartes sont désormais dans les mains des banques. Le Premier ministre Manuel Valls a d’ailleurs insisté sur le mot « pacte » choisi pour dénommer ce plan d’aides, « car chacun devra prendre sa part de responsabilité et accompagner à son échelle l’agriculture française ».

Mesures prolongées

Le gouvernement va par ailleurs prolonger le dispositif de l’année blanche bancaire jusqu’au 31 décembre 2016. Le coût continuera d’être partagé à égalité a priori entre banque, État et agriculteur. La possibilité de calculer ses cotisations MSA sur une assiette annuelle est reconduite en 2017 pour les agriculteurs en difficulté avec moins de 4248 euros de revenus en 2015 et 2016, ou 2016 seulement pour les jeunes agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures