Aller au contenu principal
Font Size

Un marché foncier rural atone en 2012

Hausse des prix de 1,1 %, recul des surfaces échangées et du nombre de transactions… Le paysage foncier dévoilé cette année par la FNSafer affiche une certaine stabilité.

Le prix des terres et prés libres n’a augmenté que de 1,1 % en 2012, soit moins que l’inflation (1,6 %), indique la Fédération nationale des Safer dans son rapport annuel sur les marchés fonciers ruraux. Le nombre de transactions est en repli de 5,8 %, et les surfaces échangées reculent de 11,5 % par rapport à l’an passé. Le prix de l’hectare libre s’établit à 5420 euros. Cette hausse moyenne masque une évolution contrastée entre les zones de grandes cultures (+ 3,2 %, à 6560 euros l’hectare) et les secteurs d’élevage bovin (stable, à 4220 euros l’hectare).


Progression des terres louées


Cette hausse modérée peut surprendre au regard de l’évolution de deux indicateurs qui influencent le prix du foncier : la hausse de l’excédent brut d’exploitation moyen et la baisse des taux d’intérêt.
Autre fait marquant, les surfaces vendues louées sont supérieures pour la deuxième année consécutive à celles vendues libres. Le prix de l’hectare des terres louées progresse d’ailleurs plus vite que celui des terres libres (+ 2,5 %), pour atteindre 4060 euros en 2012, une tendance qui se vérifie depuis 2005. Dans certaines régions, le coût d’acquisition des terres en location tend même à faire jeu égal avec celui des hectares sans bail.
Pour la première fois depuis quinze ans, les prix consentis par les acquéreurs agriculteurs est supérieur à celui déboursé par les autres catégories d’acheteurs, signe de la bonne tenue du revenu agricole et de l’impact de la crise sur les investisseurs.
Le rapport 2012 de la FNSafer apporte une lueur d’espoir dans l’épineux dossier de l’urbanisation : le marché des terres destinées à ce changement d’usage est repassé, en valeur, sous celui du marché des terres demeurant dans le giron agricole. Reste à savoir si ce léger relâchement de l’étreinte urbaine est à mettre sur le compte des politiques engagées pour endiguer le bétonnage, ou un simple effet conjoncturel lié à la crise.
À noter que la pression demeure très forte au contact des grandes agglomérations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures