Aller au contenu principal

Un demande mondiale haussière en engrais… mais pas en Europe de l'Ouest

Le prix des céréales baisse, mais la consommation mondiale d’engrais augmente. Comme le montre la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies) dans son dernier rapport prospectif sur le marché des fertilisants, la demande a progressé de 2 % entre 2013 et 2014, une tendance haussière qui se confirme sur les quatre ans à venir. La consommation mondiale dépasserait les 200 Millions de tonnes (Mt) en 2018, contre 162 Mt seulement en 2008.

Dans ce scénario haussier, l’Europe fait bande à part, en particulier sur l’azote. « En Europe de l’Ouest, il pourrait y avoir une baisse nominale durant cette période », écrivent les auteurs du rapport. Celle-ci est estimée à 50 000 tonnes et prend sa source en particulier dans la réglementation européenne, qui incite à limiter les apports.

 

 

L’Amérique du Nord sur le chemin de l'export

À l’inverse, les agriculteurs nord-américains devraient augmenter leurs applications de 300 000 tonnes, soit une progression de 0,5 % par an. La demande mondiale, déjà très inférieure à l’offre, sera encore plus largement couverte par les capacités de production, qui selon la FAO, devraient s’accroître de 25 %. En Amérique du Nord, où fabrication et consommation s’équilibraient jusqu’à présent, les capacités de production dépasseront de 23 % les besoins estimés. Une nouvelle vocation à l’exportation se dessine. En Europe de l’Ouest en revanche, aucun changement n’est prévu. C’est de l’Asie, d’Europe de l’Est mais également d’Afrique que viendront les volumes supplémentaires, des zones où les besoins sont également attendus en hausse.

Les marchés des phosphates et de la potasse afficheront des progressions plus nettes que celui de leur grand frère azote, qui totalise toutefois 60 % de la demande mondiale. Dans les deux cas, le supplément de demande se concentrera en Inde, au Brésil et en Chine. L’Europe de l’Ouest restera à l’écart de ces hausses. Déjà supérieures à la demande, les capacités de production continueront également de progresser. Pas sûr pour autant que les prix s’en ressentent pour les producteurs européens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures