Aller au contenu principal

Twitter pour toucher un maximum de gens en local

Au travers de ce qu’il fait et vit sur sa ferme, Cyrille Champenois utilise le réseau Twitter pour expliquer son métier à sa communauté. Pour beaucoup, ce sont des habitants de son département, les Ardennes.

Cyrille Champenois décrit son quotidien avec une pointe d'humour et un peu d'émotion à l'occasion. Il compte pas loin de 4000 followers.
© L. Champenois

Non, Cyrille Champenois n’est pas tombé dans la marmite des réseaux sociaux tout petit. Le déclic a eu lieu en 2013, lors de la formation « Atouts jeunes » proposée par sa coopérative Vivescia. « Tous les intervenants nous demandaient si nous étions sur Twitter, explique l’agriculteur ardennais de 36 ans. Or, depuis que je m’étais installé en 2011, j’étais surtout sur les forums, pas sur Twitter. » En cours de formation, Cyrille Champenois ouvre donc un compte. D’abord pour voir, ensuite pour intervenir. « Les forums, c’est très bien, mais on reste entre agriculteurs, en vase clos, dans la technique, précise-t-il. En twittant sur mon exploitation, je me suis aperçu que beaucoup de gens étaient intéressés, pas seulement du monde agricole. » Pour l’agriculteur, le réseau lui permet avant tout de toucher les habitants de son département, les Ardennes, et en particulier les journalistes locaux. « Ils ont du mal à entrer en contact avec le monde agricole, précise-t-il. Quand je raconte ce que je fais, ils cherchent à savoir s’ils peuvent en faire un sujet. Quand un article est publié, le fait d’être passé dans le journal local, ça rend les choses plus faciles : dans les champs, les gens peuvent m’identifier et venir plus facilement me poser des questions. »

« Même ma mère a besoin d’explications ! »

Expliquer son métier est pour Cyrille Champenois impératif. « Même ma mère se pose des questions et a besoin d’explications !, décrit-il. J’ai changé les façons culturales de la ferme, en passant au semis simplifié ou au bas volume. Elle veut savoir pourquoi je me lève à trois heures du matin pour traiter. Ce que je fais avec ma mère, il faut que je le fasse avec plus de monde. Twitter m’y aide. » La description de son quotidien, où se mêlent à l’occasion humour, lorsqu’il évoque sa moiss’-batt’ « Mémère », et émotions, constitue l’essence de ses tweets. Cyrille Champenois utilise également le réseau pour poser des questions à des spécialistes. « Pas mal de gens pensent que l’on est sûr de nous, estime-t-il. C’est important que le grand public se rende compte qu’un agriculteur n’est pas expert en tout, qu’il peut avoir des doutes.»

@Fragritwittos pour donner plus de visibilité au monde agricole

En twitto averti, l’agriculteur est comme beaucoup confronté aux nombreuses polémiques qui agitent le réseau. « Au début, je n’osais pas trop réagir, et puis je me suis lancé, décrit-il. Aujourd’hui, je me suis mis un peu plus en retrait. » Entre temps, il a monté l’association France Agri Twittos, pour fédérer une « communauté agricole connectée », autour d’une envie de partager le métier, le secteur. « Le compte de l’association @Fragritwittos a vite pris de l’importance, note l’exploitant. Nous sommes visibles, au-delà de la sphère locale ou agricole. » En tant que président de la jeune association créée en novembre, l'agriculteur cherche à rester le plus positif possible, ce qui ne l'empêche pas de réagir, toujours en s'appuyant sur son expérience à la ferme. Pour lui, les professionnels doivent contribuer à placer le curseur entre le vrai et le faux…. Même si c’est compliqué : « Sur Twitter, avec les messages courts, on a tendance à être très catégorique », signale-t-il.

L’activité de Cyrille Champenois sur les réseaux sociaux se limite à Twitter, son compte Facebook restant « personnel et familial ». Elle est relativement chronophage. «J’y passe tous les jours une à plusieurs heures », avoue-t-il. Reste que tout ce travail en virtuel le sert aussi dans le monde « réel ». Comme il le souligne, « faire de la communication positive sur le réseau m’aide à mieux répondre aux questions ou aux réflexions de mes voisins ».

 Retrouvez-nous sur reussir.fr/cultures-grains pour en savoir plus sur les projets de France Agri Twittos

Les trois conseils de Cyrille Champenois

1 « N’ayez pas peur d’ouvrir un compte sur Twitter : c’est utile, beaucoup de gens sont curieux de savoir ce que vous faites, comment vous travaillez.»

2 « Si vous avez des réticences, n’hésitez pas à aller taper aux portes des chambres d’agriculture ou des organisations agricoles : elles proposent souvent des formations. S'il n’y en a pas, demandez-en. »

3 « Les mots simples sont les plus entendus et les mieux compris. Un bon tweet contient un message clair et une photo parlante, en cohérence avec le texte, qui doit rester court. »

Une petite exploitation ardennaise

110 ha en limons argileux à limons profonds, à Saulces-Monclin : 50 ha de blé, 25 ha de colza, 12 ha d’orge, 23 ha de maïs

92 q/ha de rendement en blé en 2017, 85 q/ha en moyenne quinquennale

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures