Aller au contenu principal

Maïs
Trouver le bon compromis entre désherbages chimiques et mécaniques

Valérie Bibard et Sylvie Nicolier sont les spécialistes du désherbage du maïs chez Arvalis-Institut du végétal. Avec différents partenaires, elles ont effectué une synthèse des résultats de dix ans d’essais de désherbage réalisés sur maïs, du tout chimique au tout mécanique (1). Extraits.

La synthèse des résultats de dix ans d’essais de désherbage réalisés sur maïs réalisée par  Arvalis-institut du végétal met en évidence que l’ensemble des stratégies, du tout chimique au tout mécanique, offre un niveau d’efficacité satisfaisant sur les dicotylédones annuelles.Tel n’est pas le cas pour les graminées. « Ces dernières doivent être détruites à un stade très jeune (1 à 3 feuilles), rappellent Valérie Bibard et Sylvie Nicolier, spécialistes du désherbage du maïs chez Arvalis-Institut du végétal. Elles peuvent bénéficier d’une reprise de végétation après passage d’un outil mécanique. Sur les graminées comme sur les flores à levées échelonnées, en dehors de la lutte phytopharmaceutique en double passage, seuls deux passages de désherbineuse avec un programme chimique adapté et dans des conditions optimales conduisent à une efficacité acceptable. » Le traitement des vivaces nécessite des stratégies spécifiques pour être efficace. La sélectivité des interventions est délicate quand il y a passages notamment de herse étrille ou de houe rotative sur des maïs jeunes (non présenté ici) . !

Avec les outils mécaniques ça se complique
Les stratégies offrant une bonne souplesse dans les interventions ne sont pas nombreuses. Pour les traitements chimiques, il faut tirer parti de bonnes conditions climatiques (hygrométrie, températures modérées et régulières), intervenir sur des mauvaises herbes à un stade jeune pour la post-levée tout en s’assurant du bon état végétatif de la culture… Les interventions mécaniques, elles, nécessitent en plus d’avoir un sol bien préparé : surface plane, terre bien ressuyée, minimum de cailloux et de mottes… Valérie Bibard et Sylvie Nicolier ont également retenu le critère de la fiabilité (non présenté ici) des différentes techniques, à savoir la régularité pluriannuelle des performances. « Ce critère montre d’une manière générale que les stratégies mécaniques sont plus pénalisantes à cause des conditions difficiles de mise en oeuvre et des efficacités. Les stratégies en passage unique sont également pénalisées en raison de leur sensibilité aux conditions d’intervention. » !

Économie de carburant ou de phyto?
Des indicateurs économiques ont été intégrés pour juger de l’intérêt des différentes conduites de désherbage. Bien sûr, le nombre de passages conditionne le temps passé à l’hectare et la consommation énergétique du matériel. Celleci n’inclut pas l’énergie consommée pour la fabrication des produits phytosanitaires ou des matériels utilisés.Le passage d’un pulvérisateur coûte moins en énergie que celui de matériel de désherbage mécanique et prends moins de temps à l’hectare du fait d’une largeur de travail plus importante notamment. Le coût moyen à l’hectare tient compte du coût des produits phytosanitaires, des matériels (amortissements, taux de dépréciations…) et de traction (dont carburant). Cet indicateur montre une forte disparité entre les différents programmes mais le prix des spécialités agrochimiques a un impact non négligeable. !

Christian Gloria
(1) Présentation au vingtième Columa (11 et 12 décembre 2007 à Dijon) ; www.afpp.net pour commander les actes du colloque.

                                              
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures