Aller au contenu principal

Trois tendances qui remuent les grandes cultures

Agriculture de précision, bio ou de conservation : David, Philippe et François ont fait leur choix, résultat d’une lente maturation. Ils ont accepté de nous montrer leurs résultats, de nous expliquer leur parcours, leurs interrogations, leurs projets…. Nous reviendrons chez eux tous les six mois pour suivre leur réflexion. Plongée au cœur de trois conduites qui remuent les grandes cultures.

Si vous les interrogez sur leurs pratiques, David Vincent, Philippe Houdan et François Mellon ne vous diront certainement pas qu’ils sont « tendance ». Pourtant, chacun d’eux a fait le choix de conduire sa ferme selon un itinéraire technique original. Le premier mise sur l’agriculture de précision. Le deuxième a opté pour l’agriculture de conservation. Le troisième a trouvé sa voie avec le bio. Leurs approches ne sont pas dogmatiques. Évolutives, elles correspondent à ce qu’ils sont et aux contraintes posées par leurs fermes.

Installé en 1998 sur 120 hectares de cultures dans l’Aude, David Vincent a la passion du matériel et de l’informatique chevillée au corps. Il a tout de suite voulu mesurer, compter, enregistrer ce qu’il faisait. Désireux d’aller toujours plus loin, il a beaucoup investi dans le matériel… jusqu’au jour où il a dû remettre à plat ses méthodes.

Pour Philippe Houdan, qui s’est installé en 1991 en Gaec avec son frère au départ en retraite de son père, le travail du sol était depuis longtemps un sujet de réflexion. Des rencontres, des observations chez les voisins et sur la ferme familiale de Côte-d’Or ont nourri sa réflexion. Mais ce n’est qu’après un cheminement de presque quinze ans qu’il s’est véritablement lancé, là aussi après des moments difficiles. Aujourd’hui, il s’estime encore au tout début de son projet.

Le bio est arrivé sur la ferme de François Mellon un peu par hasard. Un programme lancé dans les années 90 par le Conseil régional de Picardie lui a prouvé qu’il pouvait réduire les utilisations de phytos sans perdre en rendements. Lorsque les CTE sont arrivés au début des années 2000, François Mellon s’est lancé. Convertir toutes ses surfaces lui a demandé pas loin de dix ans. Il n’a pas fini d’ajuster son itinéraire technique.

Voir aussi articles :

" Moduler tous les intrants dans une parcelle ",  David Vincent, agriculteur à Alairac, dans l'Aude.
En complément : consultez nos 13 questions-réponses sur l'exploitation de David Vincent.

" Des grandes largeurs au travail simplifié ", Philippe Houdan, agriculteur à Châtillon-sur-Seine, en Côte-d'Or.
En complément : consultez nos 15 questions-réponses sur l'exploitation de Philippe Houdan

" La luzerne comme pilier de la rotation ", François Mellon, agriculteur à Villotran dans l'Oise.
En complément : consultez nos 14 questions-réponses sur l'exploitation de François Mellon

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures