Aller au contenu principal

Trois stratégies à l'épreuve de la moisson 2016

Vous avez découvert David Vincent, Philippe Houdan et François Mellon dans notre numéro 300. Le premier mise sur l'agriculture de précision, le deuxième limite le travail du sol au minimum, le troisième est 100 % bio. Qu'ont-ils récolté ? Comment ont-ils vécu la campagne 2015-2016 ? Comment vont-ils ajuster leurs stratégies pour 2017 ? Le point sur leurs choix.

Nous voici de retour chez nos trois témoins de ces tendances qui « remuent les grandes cultures ». David Vincent a investi dans l'agriculture de précision, Philippe Houdan s'est orienté vers l'agriculture de conservation, François Mellon est désormais tout en bio.

Revenir chez eux après la récolte 2016 permet de mesurer les dégâts survenus dans la grande moitié nord de la France. Avec 41 q/ha de moyenne sur ses 110 hectares de blé tendre, Philippe Houdan, en Côte-d'Or, n'a jamais enregistré de si mauvais résultats. Dans l'Oise, François Mellon a vu ses rendements divisés quasiment par deux dans toutes ses productions, hormis la lentille, qui s'en sort étonnamment bien. Cependant, l'un comme l'autre n'ont pas à rougir de leurs performances qualitatives : Philippe Houdan devrait vendre une bonne partie de sa récolte à 75 kg/hl de PS, tandis que les blés de François Mellon atteignent les 80 kg/hl. Ni l'un ni l'autre ne savent comment expliquer ces résultats qui les surprennent.

Dans l'Aude, David Vincent n'a pas enregistré de baisse de volumes, au contraire : sur ses petites terres en climat méditerranéen, il se situe en 2016 dans la moyenne haute de son historique. Une bonne performance obtenue Trois stratégies à l'épreuve de la moisson 2016 sans irrigation, année humide oblige. Cependant, les prix ne sont comme ailleurs pas au rendez-vous. Et cette année succède à une récolte 2015 difficile. Les volumes de 2016 ne suffiront pas à remettre l'exploitation totalement dans le vert.

Dans les trois fermes, les trésoreries sont serrées. Il faudra donner un tour de vis en 2016-2017. Mais ces difficultés confortent les uns et les autres dans leurs orientations stratégiques. Ce qui ne signifie pas immobilisme, loin de là : tous vont ajuster assolements et pratiques pour 2017 avec le même objectif, réduire les charges sans perdre en produits.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures