Aller au contenu principal

Trois pathologies reconnues en relation avec le gluten

Le diagnostic d'une maladie mettant en cause le gluten n'est pas toujours évident avec une proportion de personnes sensibles de l'ordre du pourcent.

La maladie coeliaque touche 1 % des Français environ. C’est une maladie auto-immune de l’intestin qui peut se manifester par des symptômes divers et qui est causée par une intolérance permanente aux gliadines, une des protéines du gluten. Elle est dangereuse et doit se combattre par à un régime sans gluten obligatoire. « Cette maladie est bien connue mais on estime malgré tout que seulement 10 à 20 % de la population coeliaque serait diagnostiquée, présente Brigitte Jolivet, présidente de l’Afdiag(1). Les médecins sont de mieux en mieux informés pour déceler les individus coeliaques. »

L’allergie au blé (et non au gluten au sens strict) est beaucoup moins fréquente. Elle concernerait de 0,1 à 0,3 % des Français. Elle se manifeste par des réactions d’hypersensibilité immédiate avec manifestations d’allergies.

L’hypersensibilité au gluten non coeliaque est la maladie qui pose le plus question. Elle toucherait entre 1 % et 3,5 % des Français. Les symptômes sont des troubles digestifs avec des manifestations diverses en réaction à la consommation de produits issus des céréales, notamment le pain. « On parle de cette pathologie depuis peu. On en est encore au début des études pour bien la connaître. Souvent, il peut y avoir confusion avec le syndrome de l’intestin irritable, remarque Brigitte Jolivet. D’autre part, on ne sait pas si elle est due au gluten ou à d’autres constituants des céréales. Les fodmap (certains sucres et alcools associés) font partie des causes soupçonnées. »

La présidente de l’Afdiag regrette que les discours médiatiques entendus ces dernières années banalisent le régime sans gluten alors qu’il s’agit d’un régime très sérieux pour les véritables malades du gluten. « C’est un régime très compliqué. Il ne faut pas mettre les gens au régime sans gluten si l’on n’est pas certain du diagnostic pathologique », souligne Brigitte Jolivet. Malgré tout, il n’y a pas de risque nutritionnel à consommer des produits sans gluten. Le risque est surtout pour le portefeuille du consommateur.

(1) Association française des intolérants au gluten.

Voir aussir article Ce 'sans gluten' qui interpelle la filière ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures