Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Protection contre les maladies
Trois innovations majeures en fongicides qui vont s'étaler sur les trois années à venir

Autant l’horizon est bouché du côté de la nouveauté en herbicides céréales (antigraminées), autant le flux en fongicides se renouvelle régulièrement.

Les nouvelles molécules en attente montrent de bonnes efficacités contre la septoriose.
© @bubu1664

Pas moins de trois nouvelles molécules sont attendues prochainement mais pas pour la campagne 2018-2019. L’une d’entre elles est même issue d’une nouvelle famille chimique. « Le projet Inatreq (molécule fenpicoxamid) est porté par la société Corteva (union de Dow et de DuPont). Le lancement d’un fongicide avec cette molécule est prévu pour 2020, indique Jean-Yves Maufras, Arvalis. En termes de mode d’action, ce n’est pas un QoI comme les strobilurines et SDHI mais un QiI. » Il n’y a pas de résistance croisée entre ce Quinone inside inhibitor et les QoI, selon le Frac (1). « Nous l’avons testé en association avec le prothioconazole en T2 et il montre une efficacité sur septoriose du niveau de Librax et Kardix », précise Jean-Yves Maufras.

Un triazole et un SDHI de plus

Pour 2020 également, est prévue l’arrivée d’un triazole de nouvelle génération, le méfentrifluconazole (projet Revysol de BASF). « Associé à pleine dose à du fluxapyroxad (SDHI), le produit montre de très bons résultats contre la septoriose, deux ou trois crans au-dessus des autres triazoles, selon le spécialiste d’Arvalis. Et contre la rouille brune, il est du niveau des triazoles », remarque Jean-Yves Maufras. Selon BASF, la molécule serait active contre toutes les souches de septoriose et cela se confirme sur le terrain dans les essais du Nord de la France. » La molécule de BASF viendra en relais de l’époxiconazole, qui va être retiré du marché en 2019.

Les SDHI vont aussi avoir leur nouveauté avec une molécule de Syngenta, le pydiflumetofen (Adepidyn). « Sur cette première année de test, le produit (adepidyn + prothioconazole) a montré d’excellents résultats sur la septoriose du blé et l’helminthosporiose de l’orge. Il agit également contre la fusariose des épis causée par Microdochium, note l’expert d’Arvalis. Il est nettement supérieur aux autres SDHI. » L’arrivée de l’adepidyn est programmée pour 2021.

(1) Fungicide resistance action committee.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures