Aller au contenu principal

Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »

Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020, il limite ses intrants, stabilise ses charges de mécanisation et limite ses prélèvements. Bref, il serre tous les boulons.

"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. »
© DR

" Sur la ferme, la récolte 2020 n’a pas été exceptionnelle, avec des rendements médiocres en blé tendre et en orge de printemps, catastrophiques en pois potagers et en betteraves. Elles sortent à 42 t/ha pour un potentiel à 110 t/ha, alors que toute ma sole est irriguée. Heureusement, j’ai eu une bonne surprise en blé dur. Au total, cette année, la perte de rendement représente une perte de 50 000 euros.

Pour faire face à mes besoins en trésorerie, j’ai contacté mon banquier avec qui j’ai joué carte sur table. Je m’appuie sur une ouverture de crédit de 40 000 euros, qui correspond à la valeur de mes achats d’engrais et de phytos. En parallèle, je serre tous les boulons. Je réduis mes prélèvements privés au maximum et je rationalise autant que possible la consommation d’intrants. Je reviens à des basiques de la conduite culturale comme l’utilisation de la solution azotée au lieu de formes plus complexes. Je m’en sors surtout car j’ai un souci permanent de maîtrise de mes charges de mécanisation, ce qui me permet de limiter mes remboursements et mon endettement. Mes tracteurs affichent entre 5 000 et 7 500 heures, ma moissonneuse-batteuse totalise 3 000 heures et je n’ai pas plus de pannes que d’autres. 

Après 2016 et 2020, on sait que le ciel peut à nouveau nous tomber sur la tête mais on a surtout de moins en moins de marges de manœuvre en termes de protection des cultures vis-à-vis des ravageurs. Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures