Aller au contenu principal

Transition écologique : « Mettre en commun les réussites et les échecs de chacun »

Benjamin Caron est président du GIEE semis direct avenir 60 et cultivateur à Jouy-sous-Thelle, dans l’Oise. Il nous explique en quoi le collectif permet aux agriculteurs d’aller vers des changements de pratiques.

Benjamin Caron : "On s’épargne parfois la mise en œuvre de solutions que d’autres ont déjà testées et qui n’ont pas fait leurs preuves".
© B. Caron

« Je suis installé depuis 2020, année où j’ai rejoint le GIEE dont j’ai pris la présidence depuis peu de temps. Le GIEE a été labellisé en 2017 et il regroupe une douzaine d’agriculteurs. Au niveau de la chambre d’agriculture, il y a un groupe de travail thématique sur le semis direct qui, lui, regroupe une quarantaine d’exploitants. Mon père pratique le non-labour depuis la fin des années 1970 dans des terres difficiles et le travail du sol a été complètement abandonné sur l’exploitation dans les années 2000.

Le semis direct, et plus largement l’agriculture de conservation des sols, sont des techniques complexes à mettre en œuvre et qui, jusqu’ici, ne s’apprenaient pas à l’école. Avancer en collectif, c’est mettre en commun les réussites et les échecs de chacun. On trouve les solutions plus vite et de manière plus sécurisée. On s’épargne parfois la mise en œuvre de solutions que d’autres ont déjà testées et qui n’ont pas fait leurs preuves.

Le GIEE est aussi un moyen de produire des références sur des pratiques innovantes grâce à des petits essais répétés à différents endroits du territoire chez les agriculteurs du groupe. Nos essais portent notamment sur les couverts végétaux. C’est intéressant de procéder en collectif, car leur mise en place peut coûter cher avec un résultat parfois décevant. Ça permet de tester rapidement les meilleures options.

Le GIEE a aussi un rôle précurseur : nos visites d’essais sont ouvertes à l’ensemble des agriculteurs qui travaillent sur le semis direct au sein du groupe de la chambre. »

196 ha en EARL avec ses parents. Assolement prévu en 2023 : blé, orges d’hiver et de printemps, tournesol, sarrasin, pois d’hiver.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures