Aller au contenu principal

Protection des cultures
Toujours plus de contrôles pour les produits phytosanitaires


Que les fraudeurs ou les indélicats ne se réjouissent pas. « Même avec les moyens modestes du ministère de l´Agriculture, le nombre de contrôles sur l´usage des produits phytosanitaires va aller en s´accroissant. » Laurent Scheyer, du SRPV du Languedoc-Roussillon annonce la couleur à l´occasion du colloque AFPP sur la réglementation des produits phytosanitaires qui s´est tenu à Montpellier le 15 octobre. « Avec les règles de l´écoconditionnalité des aides de l´Europe, au moins 1 % des exploitations aidées devront être contrôlées. » SRPV et DGCCRF unissent leurs efforts. On se dirige vers les 5000 contrôles pour 2005.
La réglementation évolue. La directive 99/45 institue un classement environnemental pour nombre de spécialités phytosanitaires. Responsable approvisionnement et environnement à la FFCAT, Christophe Vaurs annonce, en reprenant des données de l´UIPP, que « 60 % des produits phytosanitaires vont passer en produits « dangereux pour l´environnement » dont une partie en « très toxiques T+ »(exemple du Gramoxone Plus). D´autre part, il y aura une modification à la hausse du taux de TGAP sur plusieurs de ces produits. »
60 % des spécialités phytosanitaires vont passer en produits « dangereux pour l´environnement ». ©P. Forget

Du concret sur les ZNT en 2005
Autre mesure : les zones non traitées (ZNT) vont être simplifiées dans leur application. « Un arrêté ministériel fixera des largeurs standards de ZNT selon quatre classes de produits. Sa sortie est probable courant premier semestre 2005 », annonce Nelly Pons, DGAL. Concernant la protection des abeilles, il est reprécisé que « même les produits classés `abeilles´ ne peuvent être utilisés en présence d´abeilles », c´est-à-dire aux heures les plus chaudes de la journée. Ce type de produit doit être appliqué tôt le matin ou tard le soir. Cette règle est applicable depuis le printemps 2004.
Enfin, l´évaluation et les autorisations de mélanges se poursuivent. Toute cette réglementation peut donner le tournis. La distribution s´adapte puisque, comme le mentionnait l´un de ses représentants, « les recrutements actuels se portent plus sur des personnes qualifiées sur le plan technique que sur des commerciaux purs. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures