Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Total limiterait l’huile de palme à La Mède

Total ne pourra pas importer plus de 450 000 tonnes d'huiles végétales brutes pour alimenter son usine de La Mède.
© Pixabay

Le 16 mai, Total a obtenu du préfet de la région Paca l’autorisation de créer une bio-raffinerie à La Mède, site que le groupe exploitait auparavant pour raffiner des produits pétroliers. Le projet fait bondir depuis des mois la filière oléoprotéagineuse car l’industriel veut produire du biodiesel de type HVO (Hydrotraitement des huiles végétales) en important de l’huile de palme. Sur les 650 000 tonnes de matières premières que l’usine va transformer par an, Total est autorisé à utiliser 450 000 tonnes d’huiles végétales brutes, dont de l'huile de palme. Les huiles usagées devront quant à elles représenter au moins 25 % de l'approvisionnement (162 000 t).

Dans un communiqué du 16 mai, le ministère de la Transition écologique signale que le gouvernement a demandé à Total de « réduire autant que possible » le recours aux huiles végétales brutes, notamment celle issue de palme. Le pétrolier a annoncé qu’il s’engageait à ne pas en traiter plus de 300 000 tonnes par an. Reste que pour la FOP (producteurs d’oléoprotéagineux), « Nicolas Hulot a capitulé » en autorisant le projet : l’huile de palme est cause de déforestation, les huiles usagées risquent d’être importées d’Asie et le projet ne soutient pas le colza français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures