Aller au contenu principal

Groupe coopératif
Terrena mise sur la « Nouvelle Agriculture »

Toujours dans sa lancée du développement de l'agriculture écologiquement intensive, Terrena crée un fonds de partage du risque Innovation et mise sur le développement du lupin.

En 2012, le groupe Terrena a réalisé un chiffre d'affaires de 4,5 Mds € (+2,6%) pour un résultat net de 10,9 M€. 1,8 M de tonnes de céréales et oléoprotéagineux ont été récoltées (+28 %). Les blocages portuaires au moment de la récolte amènent toutefois la coopérative à réfléchir à un plan de modernisation de ses outils de collecte et stockage.


L'année s'est bien passée aussi en semences avec 420 000 quintaux collectés, une progression en maïs, céréales et semences potagères sauf pois et un chiffre d'affaires en hausse de 23 %. Le groupe poursuit le plan d'investissement de 14 M€ initié en 2012 pour reconfigurer l'usine de Beaufort-en-Vallée (mise aux normes, ajout de 3300 m² de stockage, création d'une ligne de triage et d'une ligne d'ensachage, développement de l'enrobage). Et d'autres investissements sont prévus à Lusignan et Vern d'Anjou.L'année 2012 a aussi vu une progression de 14 % de l'activité Lup'Ingrédients (ingrédients à base de lupin). Et, après deux ans de restructuration, l'activité Meunerie est également à la hausse (166 655 t de farine, +4%).

Un fonds de partage du risque
sur l'agriculture écologiquement intensive


En 2013, du fait des conditions climatiques, la récolte de céréales et oléo-protégineux devrait être inférieure à celle de 2012. Un objectif du groupe cette année est de développer l'Agriculture Ecologiquement Intensive. Un Fond de Partage du Risque Innovation est créé pour accompagner les agriculteurs testant de nouvelles solutions. Doté de 500 000 €, il permettra de partager le risque entre l'agriculteur et la coopérative. Un autre objectif est la création de valeur ajoutée par une offre différenciée, labellisée « Nouvelle Agriculture », basée sur un mode de production plus naturel. Après le lapin, d'autres produits dont des produits de meunerie seront proposés en 2013.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures