Aller au contenu principal

Terrena enregistre un résultat négatif pour 2016

AMONT

« La forte volatilité des matières premières ainsi que les perturbations des marchés liées aux contextes économique et climatique ont pesé sur le résultat de nos adhérents et de la coopérative », indique Hubert Garaud, président du groupe Terrena, dans un communiqué diffusé à l’occasion de la publication des résultats de la société. Le géant coopératif du Grand Ouest enregistre de fait pour 2016 un résultat net négatif de - 22,4 millions d’euros. Le chiffre d’affaires du groupe s’affiche pourtant en hausse de 3 % par rapport à l’exercice précédent… mais c’est parce qu’il n’est pas calculé à périmètre constant. En 2016, Terrena a notamment intégré l’ensemble Doux/Soprat, ce qui lui a apporté 413 millions d’euros (+ 8,2 %) de chiffre d’affaires supplémentaires.

Des volumes collectés en chute libre

Les mauvais résultats de la campagne céréalière pèsent évidemment sur les comptes. Les volumes collectés ont chuté de 40 % en céréales à paille et de 50 % en maïs. Porté notamment par les productions végétales, le pôle amont n’a contribué que pour 40 % du chiffres d’affaires du groupe en 2016 contre près de 47 % en 2015. Pour accompagner ses adhérents, Terrena leur a redonné 19 millions d'euros dont 7,5 milllions sous forme de mesures de soutien conjoncturelles via la coopérative qui, elle, connait un résultat positif de 9 millions d’euros pour 1,4 milliard de chiffre d’affaires.
Afin de capter davantage de valeur en 2017, la société mise plus que jamais sur la communication auprès du consommateur. La marque « Nouvelle agriculture », qu’elle qualifie de « marque des agriculteurs », est ainsi déployée en grande distribution et dans la restauration hors domicile. Terrena compte également sur le développement d’une plateforme collaborative permettant une traçabilité complète sur toute la filière agroalimentaire. L'objectif est d'aller de plus en plus "de la fourche à la fourchette".

En chiffres

15890 salariés

5,2 milliards de chiffre d’affaires en 2016

72,3 millions d’euros de capacité d’autofinancement

En hausse En baisse

Les surfaces de pommes de terre dans le nord-ouest de l’Europe (France, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Pays-bas) grimperaient de 3,6 % en 2017, selon le NEPG (North western european potato growers). Le manque de disponibilité en plants certifiés a limité la progression des emblavements.

Sur les six premiers mois de la campagne 2016/2017, les livraisons d’engrais azotés ont reculé de 5,1 % par rapport à la campagne précédente, d’après les statistiques du ministère de l’Agriculture. La baisse des prix des engrais, de 21 % en moyenne, n’a pas suffi à entretenir la demande.

InVivo se lance dans l’assurance

« Agrosolutions va créer une société de courtage en assurances agréée qui aura toute la latitude pour co-construire des produits d’assurance et les distribuer dans ses réseaux partenaires », explique Antoine Poupart, directeur général d’Agrosolutions, filiale à 100 % du groupe InVivo, dans un communiqué paru début avril. L’objectif de la société est de tripler le taux de couverture assurantiel des agriculteurs français. Rappelons qu’en grandes cultures, seulement 26 % des surfaces étaient protégées par une assurance récolte en 2016. Agrosolutions Insurance s'intéresserait aux assurances récolte et chiffre d'affaires, mais également à la couverture des risques sanitaires. A priori, les solutions proposées devraient dépasser le seul cadre des agriculteurs et s’adresser à toute la chaîne de production, de la semence à la transformation.

Vivescia Industries devrait céder son activité amidonnerie-glucoserie, Chamtor, au groupe américain ADM. Pour le groupe français, la cession de Chamtor, « un acteur isolé et de taille moyenne au regard de ses concurrents », était nécéssaire. Le site champenois deviendrait l’unique unité de production à base de blé en Europe de l’Ouest du groupe ADM qui a, par ailleurs, racheté des sites en Europe de l’Est, en Turquie et au Maroc.

Groupama et l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF) ont signé une convention de partenariat pour accompagner le développement de la filière biogaz agricole. Aujourd’hui leader sur ce secteur, l’assureur souhaite ainsi conforter sa position. L’AAMF veut quant à elle pérenniser la rentabilité de la filière, mais aussi obtenir une meilleure « reconnaissance publique grâce à la professionnalisation continue des agri-méthaniseurs ».

Vivadour est la première coopérative à mettre à disposition de ses adhérents la plateforme Ouifield, pilotée par InVivo. La plateforme d’achat de produits et de services est accessible par l’extranet de la coop. Elle concerne pour l’instant cinq offres : l’automobile, l’énergie, les pneumatiques, la location de matériels ou de voitures. Selon Vivadour, « les réductions obtenues grâce à la massification des achats vont de 35 à 55 % selon les produits ».

Le nouveau contrat Cap filières grandes cultures de la région Centre a été signé mi-mars par les représentants de la filière et le conseil régional Centre Val-de-Loire. Prévu sur quatre ans, il doit permettre de débloquer 8 millions d’euros pour améliorer la compétitivité de la filière, le partage de valeur et mieux communiquer vers le grand public. Et il doit également ouvrir l'accès au fonds de garantie des prêts de la région Centre aux céréaliers. Ils en étaient jusqu'à présent exclus.



 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Comprendre les enjeux de la future PAC en 6 questions
Conditionnalité environnementale renforcée, paiements verts revisités… L’Europe fixe de nouveaux objectifs à la PAC, et laissera…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures