Aller au contenu principal

Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut

Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la présentation de sa stratégie « de la ferme à la table », la Commission européenne présente un menu très vert à échéance 2030.

La Commission européenne a dévoilé ses premiers objectifs dans le cadre de sa stratégie "de la ferme à la table", qui s'inscrit dans le Pacte vert porté par Bruxelles
© DR

Atteindre 25 % des surfaces agricoles européennes en bio, diminuer de 50 % « l’usage et les risques des pesticides chimiques » et réduire de 20 % l’utilisation d’engrais (et de moitié leur fuite vers l’environnement), le tout d’ici à 2030. Tels sont quelques-uns des objectifs fixés par la Commission européenne dans le cadre de sa stratégie « De la ferme à la table » présentée le 20 mai.

Ce volet s’inscrit dans le cadre du Pacte vert porté par Bruxelles depuis l’entrée en fonction du nouvel exécutif européen et a pour vocation d’assurer « la transition vers un système alimentaire durable de l'UE garantissant la sécurité alimentaire et l'accès à des régimes alimentaires sains issus d'une planète en bonne santé ».

La Commission européenne dévoilait le 20 mai ses premières lignes de la stratégie "de la ferme à la table".

Un plan d'action pour l'agriculture biologique

La Commission européenne va dévoiler progressivement un agenda qui couvrira tous les stades de l’approvisionnement alimentaire, allant de la ferme jusqu’au consommateur. Près de 30 initiatives seront ainsi précisées au fur et à mesure. Bruxelles met d’ores-et-déjà l’accent sur un plan d’action pour l’agriculture biologique, prévu dès 2020. Ce plan visera à « stimuler un développement durable de l’offre et de la demande en produits bio », ce qui permettra de « garantir le développement économique durable du secteur » agricole.

Bruxelles veut aussi atteindre 30 % de terres dans l’Union européenne protégées dans le cadre du réseau Natura 2000, et 10 % de la SAU consacrés à des « surfaces de haute diversité ».

PAC, réglementation et étiquetage des produits alimentaires

Les leviers d’action pour concrétiser ces intentions sont multiples : la Politique agricole commune, bien sûr, notamment au travers de ses « éco-régimes » du premier pilier, mais aussi la réglementation (pour les volets pesticides et OGM). La Commission européenne table aussi sur l’information du consommateur pour faire évoluer l’ensemble du secteur, en prônant l’usage d’un étiquetage adapté sur les produits alimentaires.

Pour Bruxelles, il conviendra également de récompenser les agriculteurs qui stockent du carbone, que ce soit à travers la PAC ou le marché carbone.

"Impasse" pour la FNSEA, "dérapage" pour la Coordination rurale

Les réactions à cette feuille de route n’ont pas tardé. La FNSEA a fustigé « les incohérences des orientations adoptées par la Commission [qui] conduiront l’agriculture européenne dans une impasse » derrière des « bonnes intentions qui ne peuvent que rassembler tout un chacun ». Dans un communiqué de presse, le syndicat considère notamment que « l’impérieuse nécessité de conserver une activité de production sur le sol européen imposent   une   vision   de   croissance   durable » et non « une   voie   de décroissance   avec   un   impact   environnemental incertain qui conduira à une augmentation des importations de l’alimentation des européens ».

La Coordination rurale considère quant à elle que la Commission « dérape » et « se trompe vraiment de combat et de siècle. Pour un meilleur effet écologique, elle devrait instaurer d’urgence un plan protéines reposant sur des protections douanières contre le soja, plutôt que de réduire ses surfaces cultivées de 10 %. »

La réaction est plus mesurée du côté du Copa-Cogeca (organisations et coopératives agricoles de l’UE), mais très réservée. L’organisation appelle ainsi à « une analyse d'impact initiale globale portant sur le secteur de l’utilisation des terres ainsi que d’une consultation adéquate des parties prenantes ». Une demande qui porte particulièrement sur « les règles relatives à l’utilisation des produits phytosanitaires, les ventes d’antimicrobiens, l'utilisation des engrais et le bien-être animal ».

L'eurodéputé (PS) Eric Andrieu y voit, lui, un « signal fort » mais qui nécessite une « profonde réforme de la politique agricole commune ». « Il faut également que les agriculteurs soient soutenus et accompagnés dans ce qui sera un changement important de leur travail et leur quotidien », estime le député européen.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures