Aller au contenu principal

Stratégie bas carbone : Soil Capital lance un programme de paiement carbone pour les agriculteurs

À destination des producteurs en agriculture de conservation des sols, la société Soil Capital lance un programme de paiement carbone affiché comme « le premier en Europe pour les agriculteurs et par les agriculteurs ». Explications.

Le semis direct sous couvert végétal (maïs sous féverole ici) génère des terres "puits à carbone" dont les agriculteurs pourraient être rémunérés sur leur contribution à réduire les gaz à effet de serre. © L. Alletto
Le semis direct sous couvert végétal (maïs sous féverole ici) génère des terres "puits à carbone" dont les agriculteurs pourraient être rémunérés sur leur contribution à réduire les gaz à effet de serre.
© L. Alletto

Être payé sur sa contribution à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) : la société de conseil agronomique Soil Capital propose cette solution pour les agriculteurs avec un paiement de 27,50 €/t de carbone en équivalent CO2 séquestré par hectare et par an. « Le principe repose sur la délivrance de certificats carbone correspondants aux résultats obtenus par les pratiques des agriculteurs. Ces certificats sont commercialisés par une société spécialisée, South Pole, auprès d’entreprises qui s’engagent dans la neutralité carbone des matières premières qu’elles produisent », explique Chuck de Liedekerke, directeur de Soil Capital, entreprise basée en Belgique.

Bien sûr, pour parvenir à ce bilan carbone positif, l’agriculteur doit s’engager dans des pratiques vertueuses pour le sol. « L’agriculture régénérative - l’agriculture de conservation des sols (ACS) en est une traduction - permet à un exploitant de stocker plus de GES qu’il n’en émet, explique Nicolas Verschuere, co-fondateur de Soil Capital et agriculteur en Belgique. Un producteur qui applique des techniques de sols peu ou pas travaillés et de couverture végétale maximale peut rejoindre notre démarche. »

Rémunération de plusieurs milliers d’euros par an pour l’agriculteur

Soil Capital réalise alors un bilan de l’exploitation de l’agriculteur et en tire une analyse pour mettre la priorité sur les actions qui amélioreront son impact en GES tout en assurant sa rentabilité. L’outil Cool Farm Tool (CFT) est utilisé pour calculer le bilan carbone sur l’exploitation. La démarche répond aux exigences de la norme internationale ISO 14064-2 sur les GES.

L’agriculteur s'engage pour cinq ans auprès de Soil Capital avec 980 euros de frais annuel. « Une exploitation de grandes cultures de 100 hectares peut séquestrer jusqu’à 2 t/ha de CO2 équivalent carbone par hectare et par an, estime Chuck de Liedekerke, ce qui lui rapporterait 5500 euros chaque année. » 20 % de cette somme est mise de côté, avec un placement en réserve d’assurance pour 10 ans.

« Nous avons un réseau de 20 agriculteurs actuellement. Nous visons 150 producteurs à la fin de l’année et 10 000 en 2025 pour accompagner les agriculteurs sur la régénération d’1 million d’hectares en Europe, ambitionne Chuck de Liedekerke. Du côté des entreprises, nous avons 500 000 euros engagés avec deux groupes pour le moment, l’international Cargill et la société de biotechnologies belge IBA. » Au-delà de la construction « d’un marché crédible du carbone », l’objectif de Soil Capital se veut agronomique et environnemental.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures