Aller au contenu principal

Fertilisants
Stocker les engrais liquides sans risque

Afin d´éviter les pollutions de cours d´eaux ou nappes phréatiques, le stockage des engrais liquides est soumis à une réglementation stricte. Si les obligations diffèrent d´un département à l´autre, à terme, environnement oblige, la réglementation pourrait s´étendre à tout le territoire français.


L´aire de stockage et les alentours
Afin de minimiser les risques de pollution par accident, les endroits prévus pour le stockage de fertilisants seront à l´écart de tout cours d´eau, de zones de captage ou de sources, du réseau de collecte des eaux pluviales et des voies de circulation.
Les aires de stockage de carburants, des engrais et le local phyto seront assez distants les uns des autres pour éviter les mélanges dangereux en cas de sinistre.
Un talus entre les bâtiments agricoles et un cours d´eau aura pour rôle d´empêcher l´écoulement de produit indésirable dans le milieu aquatique.
Les aires de stockage de carburants, d´engrais et le local phyto seronts distants les uns des autres. ©Source: Groupama Prévention

Tuyaux, vannes et pompes
L´emploi de vannes en inox ou en plastique armé est préconisé par Groupama, de même que les tuyaux en acier inoxydable ou en polyester.
Les tuyaux plastiques rigides en PVC ne sont pas recommandés en raison de leur vieillissement rapide et de leur fragilité.
Les vannes en cuivre ou en bronze sont à proscrire.
Tout type de pompe peut être utilisé (centrifuge, volumétrique...) pour autant que leurs caractéristiques soient compatibles avec les produits concernés, la capacité de stockage et les tuyauteries.
©D. R.

Choix de la cuve
Dans les exploitations, le volume des cuves rencontrées varie entre 1 m3 et 40 m3, voire 50 m3. Les cuves doivent être ancrées au sol avec un joint d´assise de la cuve sur le support empêchant toute corrosion.
Les cuves métalliques en acier inoxydable ont pour avantage de résister à la corrosion des solutions azotées. En acier ordinaire, il faudra vérifier que la face interne de la cuve est protégée par un revêtement de type peinture époxy.
Les cuves « plastique » (polyester...) ont de plus en plus la faveur des exploitants. Faites de matériaux qui résistent bien aux agressions chimiques, elles peuvent cependant présenter une certaine fragilité aux chocs mécaniques et aux importantes variations de températures. Les services de Groupama Assurances déconseillent les cuves en polyéthylène. « Elles résistent mal à la traction, supportent mal les variations de température et vieillissent prématurément . »

Quant aux containers recyclés comme les wagons de réforme... proposés par certaines sociétés pour connaître une deuxième vie comme cuve de stockage, la vigilance est de mise. « Ces cuves peuvent être déjà corrodées ou en limite de rupture. Il faut le vérifier et s´informer sur sa provenance », prévient Marc Le Botlan, de Groupama Assurances.
Des cuves à double paroi apportent les bénéfices du stockage et de la rétention en cas de rupture accidentelle. Ce type de cuve est conseillé en particulier dans les cas de stockage enterré.

Les réservoirs souples ont l´apparence d´une outre rectangulaire avec une paroi constituée d´une trame en fibre polyester ou d´un tissu synthétique recouvert sur les deux faces par des composants en PVC. D´une contenance pouvant dépasser les 100 m3, ces outres doivent être protégées des aléas climatiques : soleil, chaleur, froid... Bien que moins chères que les cuves solides, les réservoirs souples laissent sceptiques les spécialistes de Groupama. « On n´a jamais pu obtenir des fabriquants des résultats écrits sur la durabilité de ces produits face aux ultra-violets, au gel... » dit l´un d´eux, Laurent Gangiotti. Marc Le Botlan remarque « un vieillissement prématuré à cause de l´exposition aux intempéries et à la lumière. L´économie à l´achat n´est pas forcément rentable à long terme. »
Une note du ministère de l´Agriculture concernant la construction d´ouvrages de stockage de lisier stipule que « la géomembrane fera l´objet d´une fiche technique apportant explicitement les garanties de résistance aux agents atmosphériques dont les rayons ultra-violets, et de compatibilité chimiques avec les effluents à stocker. Ces éléments doivent être fournis à l´utilisateur. » A méditer...
©D. R.



D´après le document « Les stockages de solutions azotées », édité par Groupama Assurances.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures