Aller au contenu principal

Soufflet lance une appli gratuite pour tous les agriculteurs

Le groupe Soufflet lance l’appli Farmi, destinée à aider les agriculteurs dans leur quotidien. Elle est pour l’instant entièrement gratuite.

Jean-François Huet et Hugues Mornand comptent améliorer tous les mois les fonctionnalités de la nouvelle appli Farmi.
© V.Noël

« Par le biais de l’appli Farmi, nous voulons renforcer notre proximité clients mais aussi apporter des outils à tous les agriculteurs pour les aider au quotidien », a expliqué Hugues Mornand, responsable marketing et services de Soufflet agriculture, le 23 novembre à Paris en conférence de presse. Conçue pour être ergonomique et facile d’emploi, cette appli gratuite et ouverte à tous se structure autour de quatre grandes fonctions : la météo avec un radar de pluie et des avis sur les périodes de pulvérisation, les cours avec des cotations à terme et physiques ainsi que l’accès à une note de marché quotidienne, l’information agricole, fournie par Terre-net pour la partie généraliste et Arvalis pour la partie agronomique, et pour finir, la gestion de ses comptes avec Soufflet, un espace réservé aux clients sous réserve de s’identifier. Une messagerie interne et une cartographie des sites Soufflet avec toutes les coordonnées actualisées complètent le tout.

Des fonctionnalités qui seront améliorées chaque mois

Cette appli est le premier fruit de la démarche Agrilab. Initiée en 2015 par Soufflet, cette dernière visait « à réfléchir à la meilleure façon d’utiliser le numérique pour créer des services à valeur ajoutée pour notre écosystème », a expliqué Jean-François Huet, directeur des systèmes d’informations du groupe.

L’appli est sorti, mais les développements vont continuer. « Chaque mois, nous améliorerons les fonctionnalités », a promis Hugues Mornand. Si l’appli est appelée à demeurer gratuite et sans publicité, les nouvelles fonctionnalités qui s’ajouteront à celles développées au lancement pourront, elles, être payantes. Soufflet pourrait par exemple proposer des services payants intégrant les données des stations météo Sencrop, startup avec laquelle le groupe a décidé de travailler plus étroitement. En attendant, c’est sur l’international que devraient porter les prochains investissements : dans un proche avenir, l’appli sera développée pour les clients de Soufflet en Europe de l’Est et centrale.

5000 comptes actifs et utilisés d'ici à deux ans

Le groupe vise à horizon deux ans « 5000 comptes actifs et utilisés », selon Hugues Mornand. Cela équivaudrait au tiers de ses clients aujourd’hui actifs.

Un extranet qui va perdurer

Actuellement, Soufflet dispose d’un extranet pour gérer sa relation numérique avec ses clients. Celui-ci continuera d’exister en parallèle du développement de Farmi. Les usages en seront différents : « Sur Farmi, il est possible de consulter toutes ses factures, mais sur notre extranet, on peut télécharger le pdf de la facture, ce qui n’est pas possible sur l’appli », a ainsi souligné Hugues Mornand. De même, sur Farmi, l’internaute peut avoir accès aux données de plusieurs exploitations sur lesquelles il travaille, mais pas sur l’extranet, où un compte est associé à une seule exploitation. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures