Aller au contenu principal

Ravageurs
Solutions limitées contre le taupin en pomme de terre

De moins en moins de produits efficaces contre ce ravageur sont disponibles.

Les tubercules de pomme de terre sont criblés de perforations après des attaques de taupins.
© Bodier/Arvalis

« Entre 5000 et 10000 hectares de pommes de terre sont touchées par le taupin », selon Philippe Larroudé, spécialiste d'Arvalis, qui se réfère à une étude datant de cinq ans pour chiffrer cette pression du ravageur. « Les attaques ont tendance à augmenter, notamment dans les régions où il y en avait peu, remarque le professionnel. C’est à mettre en relation avec la diminution des solutions chimiques de lutte contre ce ravageur. » Les attaques de taupins n’ont pas d’incidence sur le rendement de la pomme de terre mais elles déprécient la qualité des tubercules en y créant des perforations. Les lots destinés à des débouchés de qualités peuvent être réorientés.

Les insecticides antitaupin homologués sur pomme de terre sont limités. Ils se résument à des produits à base de pyréthrinoïdes (lambda-cyhalothrine) comme Karaté 0.4 GR ou Trika Expert, dont l’efficacité ne dépasse pas 30-40 % avec ces micro-granulés à appliquer dans la raie de plantation.

Dérogation espérée pour le Mocap

« Depuis trois ans, nous avons obtenu une dérogation annuelle pour l’utilisation du produit Mocap (éthoprophos) plus régulier et montrant une efficacité de 60-70 % », signale Philippe Larroudé qui espère une nouvelle autorisation en 2019 pour ce produit utilisé chez nos voisins belges ou italiens.

D’autres produits sont utilisables contre le taupin comme l’antinématodes Nemathorin. Mais Arvalis juge le produit d’efficacité trop irrégulière. Des essais sont réalisés avec le produit de biocontrôle Success GR dont l’efficacité sur pomme de terre contre les taupins est équivalente aux insecticides pyréthrinoïdes. Des solutions à base de champignons (Metarhizium, Beauveria bassiana) sont à l’étude de même que des granulés issus de transformation de graines de moutarde d’Éthiopie incorporés au sol (voir article principal).

Mais pour les parcelles connues pour être infestées, Philippe Larroudé conseille la combinaison de la lutte chimique avec des techniques agronomiques comme le travail du sol superficiel répété (de type déchaumage) en période estivale après une céréale à paille de manière à atteindre et détruire les œufs et jeunes larves.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures