Aller au contenu principal

Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?

Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés actuellement.

En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne.
© C.Baudart

Et si c’était le moment d’acheter de la solution azotée pour la prochaine campagne ? Pas par peur de manquer mais pour maîtriser ses charges opérationnelles. Envisager dès aujourd’hui les dépenses de la campagne 2020-2021 peut paraître précoce et inédit mais c’est peut-être l’occasion de réaliser des économies. Les tarifs de la solution azotée ont baissé de 25 % par rapport à mars 2019. Ils cotaient autour de 158 €/T au 26 mars 2020, contre 208 €/T un an plus tôt, soit un écart de 50 €/T. Les prix actuels sont équivalents à ceux du printemps/été 2017 et de l'été 2016.

« À ces niveaux de prix, se couvrir pour 2021 sur ce type de produits constitue une prise de risque très limitée », observe Damien Le Helloco, consultant au CERFRANCE Seine Normandie. « Il faut réfléchir au coût de l’unité d’azote et ne pas jouer seulement les opportunistes » recommande toutefois Pierre Arnaud Noiret, de FertiAgro. Si l’on dispose des capacités de stockage et des solutions de financements, se couvrir sur tout ou partie de ses besoins peut constituer un acte de gestion opportun. « Dans la mesure où l’achat anticipe une charge que l’on ne peut pas éviter, disposer d’un meilleur prix est une bonne chose pour le compte de l’exploitation », analyse Damien Le Helloco. Selon les situations, un prêt de trésorerie peut être envisagé, d’autant que les taux de crédit restent très bas, autour de 1 %, et que cela constitue une charge déductible.

Concrètement, à raison d’une consommation de 140 kilogrammes d’azote par hectare sous forme de solution azotée, se couvrir aujourd’hui générerait une économie de 24 €/ha par rapport à mars 2019, soit une baisse de charges d'un peu plus de 2 000 € pour une exploitation moyenne céréalière de 125 hectares. « Mais en mars 2019, les prix étaient temporairement élevés, alors que les achats de solution azotée à cette époque sont limités », précise Yannick Carel, économiste chez Arvalis. « Par rapport au prix moyen de la campagne 2019, le gain n’excède pas 10 €ha ». Pour la même ferme de 125 ha, l’économie serait alors de 1 200 € pour le seul poste engrais azoté. Dans tous les cas, si on dispose des capacités de stockage suffisant, se couvrir partiellement maintenant semble pertinent, surtout si le marché des engrais repart à la hausse en raison d’une baisse des disponibilités.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?
Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures