Aller au contenu principal

Filière oléoprotéagineux
« Sofiprotéol est un outil de développement de la filière » estime son président

Sofiprotéol, établissement financier de la filière française des oléoprotéagineux, fête ses vingt ans. Xavier Beulin, son président, nous rappelle ses missions.


Pouvez-vous rappeler quel est l´objet de Sofiprotéol et dans quelles circonstances il est né ?
Xavier Beulin - Sofiprotéol est l´établissement financier de la filière française des huiles et protéines végétales. Il accompagne le développement des oléoprotéagineux en France. Sofiprotéol a pour mission, dans un esprit constant d´innovation, de promouvoir, dans la durée, la mise en marché et la transformation des productions et de développer de nouveaux débouchés afin d´assurer une meilleure compétitivité à la filière.
Sofiprotéol est né en 1983 à une période où la production française d´oléagineux se développait. La première opération a été le rachat des usines de tritutation du CNTA(1) qui était alors en faillite. Il s´agissait d´assurer des débouchés aux graines françaises en prenant pied dans la transformation.
Tout ceci s´est fait, en collaboration avec des organismes stockeurs comme In Vivo, Champagne Céréales, Epis Centre et Soufflet, grâce à la participation de tous les producteurs puisque les ressources de Sofiprotéol viennent de cotisations interprofessionnelles.

Quels ont été les grands dossiers d´intervention de Sofiprotéol ?
X. B. - Le premier domaine d´intervention a donc été la trituration. La première tâche a été de rénover l´outil industriel qui était dispersé, obsolète... et de le rationaliser. Puis très vite Sofiprotéol s´est intéressé à d´autres débouchés comme l´alimentation animale en participant là aussi à la restructuration du secteur et à l´émergence d´entreprises solides. Puis ce fut la recherche de nouveaux débouchés et l´arrivée du Diester en 1993.
Sofiprotéol s´est impliqué très tôt dans le domaine des semences. Plus récemment, devant l´impact grandissant des biotechnologies sur la sélection, Sofiprotéol a tenu à apporter son concours à la création de Biogemma.

Avec le Diester, vous avez créé une nouvelle filière...
X. B. - Dans le domaine des biocarburants, la filière oléoprotéagineuse a en effet été innovante et aujourd´hui le Diester est un débouché important pour les graines oléagineuses. Une véritable filière s´est mise en place, de la production de graines à la trituration et à l´estérification. Des usines spécifiques ont été construites avec la participation financière des organismes stockeurs.

Quelles sont les particularités des interventions de Sofiprotéol ?
X.B. - J´en vois deux. D´abord les partenariats, ensuite le souci permanent d´oeuvrer pour toute la filière.
Dès l´origine, Jean-Claude Sabin, alors président de Sofiprotéol et ses collaborateurs de l´époque, ont su délimiter les différents métiers de la filière (production de graines, trituration...). Et dès lors, la philosophie de Sofiprotéol a été « à chacun son métier ; à nous agriculteurs de produire des graines, investissons dans la transformation et allons chercher des partenaires dont c´est le métier ». C´est ainsi que les usines de trituration ont été confiées en location-gérance à Bunge. Depuis la situation a évolué. Récemment Bunge a racheté Cereol qui possédait des unités de raffinage et de conditionnement et notamment la marque Lesieur. Les producteurs, à travers Sofiprotéol et ses partenaires, sont présents de la graine à l´huile vendue sous la marque Lesieur.
Pour le Diester, nous travaillons avec les constructeurs automobiles, principalement PSA, avec les pétroliers, Total, qui ont le savoir-faire en matière de moteurs et de carburant...

Quels projets pour demain ?
X. B. - Je crois que les directives récentes de Bruxelles ouvrent des perspectives intéressantes aux biocarburants et qu´il y a donc place pour de nouveaux développements pour le Diester. Encore faut-il que les pouvoirs publics français prennent rapidement les bonnes décisions, en matière de défiscalisation, pour que nous puissions franchir une nouvelle étape.
L´effort de recherche de nouveaux débouchés et d´investissements dans les outils industriels nécessaires va devoir être poursuivi. Des activités comme la trituration, l´estérification... demandent des capitaux importants et génèrent des marges assez faibles. Cela ne peut donc intéresser des investisseurs extérieurs comme les fonds de pensions qui sont à la recherche d´une forte rentabilité immédiate ! C´est dommage.



(1) Comptoir national technique agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures