Aller au contenu principal

CONCERTATION AVEC LES ELUS LOCAUX
S’investir à tous les échelons

Les projets politiques mis en oeuvre sur un territoire sont largement liés aux documents d’urbanisme. S’investir en amont, tôt dans leur élaboration, est un enjeu vital pour le monde agricole.

Scot, PLU… derrière des acronymes peu engageants se cachent des processus vitaux pour l’agriculture. Ces documents d’urbanisme traduisent en effet le projet politique sur un territoire donné, et donc la place laissée à l’agriculture. Ne pas s’investir dans leur élaboration reviendrait à faire construire sa maison sans jeter un oeil sur les plans. Échafaudé à l’échelle de la commune, le plan local d’urbanisme (PLU) attribue une utilisation aux parcelles (zones urbaines, à urbaniser, naturelles et agricoles). Il fixe également les règles qui s’y appliquent. « Un PLU peut être très précis, souligne Christel Stacchetti, de l’association Triangle vert. Il est donc impératif pour les agriculteurs d’être associés à la réflexion, au moins pour apporter leur connaissance des contraintes agricoles, même s’il subsiste toujours le problème des intérêts particuliers. » Le poids démographique de l’agriculture allant décroissant, les exploitants siégeant aux conseils municipaux se font de plus en plus rares. Raison de plus pour donner de la voix et éviter que des décisions soient prises en méconnaissance de cause. Un PLU mal négocié peut devenir un calvaire au quotidien. « L’agriculture se développe à une échelle intercommunale, explique Christel Stacchetti. Cela implique de bien repérer les îlots, de comprendre comment ils sont connectés entre eux pour ne pas entraver les déplacements. À un niveau plus fin, il faut aussi tenir compte du gabarit des engins. » « Et ce n’est pas parce que l’on se situe dans la zone agricole du PLU que l’on n’est pas concerné par des contraintes, met en garde Monique Six, de la chambre d’agriculture du Nord. Pour pouvoir transformer un bâtiment agricole en gîte, par exemple, il est essentiel de repérer l’édifice avec précision sur les plans et de stipuler dans le PLU la possibilité d’un changement de destination. »

PRÉVOIR DE LA SOUPLESSE
L’exploitant qui projette de construire un bâtiment sur l’une de ses parcelles pour suppléer à son ancien hangar devenu peu praticable au centre bourg doit lui aussi être très vigilant : une interdiction totale de bâtir sur les zones agricoles stipulée dans le PLU ruinerait ses plans. Comme il n’est pas toujours simple de prévoir plusieurs années à l’avance les évolutions de son système d’exploitation, le plus sage reste donc d’obtenir une certaine souplesse dans le règlement définitif. Pour avoir les coudées franches au moment de l’élaboration du PLU, encore faut-il que les organisations agricoles n’aient pas raté le coche lors du montage du schéma directeur tel que le Scot, le schéma de cohérence territoriale. Celui-ci fixe les orientations fondamentales de l’organisation de l’espace pour un ensemble de communes. « Il y a un empilement des documents d’urbanisme, chacun s’imposant aux échelles en dessous », relève Christel Stacchetti. « Il ne faut pas louper un maillon, confirme Monique Six. Si les organisations agricoles n’ont pas suivi les démarches à une échelle plus globale, il est trop tard quand on arrive au PLU. »

NOUVEAUX SCHÉMAS DIRECTEURS
Quel que soit le niveau, le monde agricole doit prendre l’initiative et s’imposer très en amont comme un acteur incontournable de la concertation avec les pouvoirs publics. L’époque s’y prête d’ailleurs plus qu’il y a quelques années. Les méfaits du mitage et la nécessaire gestion économe des ressources ont fait leur chemin dans le raisonnement des élus. Les nouveaux schémas directeurs tendent à revenir sur les erreurs du passé, qui ont conduit à urbaniser à outrance les terres agricoles autour des agglomérations. « Il faut parvenir à faire reconnaître le foncier agricole comme un bien non renouvelable dans les documents d’urbanisme, martèle Monique Six. Il ne s’agit pas d’un espace vide et pas cher à aménager, mais du support d’une activité économique. » Mieux vaut prévenir avec une prise de conscience précoce. Car on ne guérit pas un paysage atteint par la vérole d’une urbanisation mal maîtrisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures