Aller au contenu principal

« Signer un contrat avec les clients de mon ETA sécurise les investissements »

Pour Guillaume Blanc, agriculteur et dirigeant d’ETA à Castelnaudary, dans l'Aude, la prestation de A à Z est une diversification précieuse mais elle doit s’accompagner d’un contrat pour sécuriser la relation entre client et prestataire.

Guillaume Blanc. "Je répercute au moins la flambée des prix des carburants et des pièces d’usure. »
Guillaume Blanc. "Je répercute au moins la flambée des prix des carburants et des pièces d’usure. »
© C. Baudart

« L’ETA est pour mon exploitation un prolongement de l’activité. Mon entreprise est en nom propre et je travaille de A à Z sur 500 hectares, en plus de l’exploitation familiale de 160 hectares. Sur notre secteur, ce type de prestation s’est beaucoup développée dans les années 70-80 et nous sommes nombreux à proposer cette activité. Elle permet d’installer les enfants sur les structures familiales.

Même si ça se passe très bien, je conseille de signer un contrat écrit avec les clients. Ça permet de préserver des relations sereines. Par exemple, nous exigeons une clause qui demande au client de nous avertir 12 mois à l’avance s’il cesse son activité ou change son mode d’exploitation. C’est un détail de taille qui permet, en cas de problème d’ajuster un éventuel investissement et de limiter les problèmes.

Le contrat permet aussi d’insérer une grille de prix et de jeter les bases d’une hausse de tarifs. Vu la concurrence alentour, je dois rester dans les prix du marché. Il existe des agriculteurs qui cassent les prix en ne comptant pas leur rémunération mais juste le remboursement des annuités de leur matériel.

Cette attitude limite nos marges de manoeuvre. Heureusement, j’ai des clients fidèles qui apprécient mon travail et comprennent ces hausses. Pour la santé de mon entreprise, je me dois de répercuter au moins les hausses des prix des carburants et des pièces d’usure ».

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures