Aller au contenu principal

EN HAUSSE EN BAISSE
Sénalia aux prises avec la baisse de la récolte

Le nombre d’unités agricoles de méthanisation est passé de 237 à 292 entre 2015 et 2016 selon Observ’ER, Observatoire des énergies renouvelables. Cette hausse est jugée trop faible par les professionnels, surtout avec un objectif national de 1000 unités à l’horizon 2020.

Le cumul de précipitations était très déficitaire sur les quatre derniers mois de l’année dans la majeure partie des régions de France, à l’exception du Sud-Est. Les nappes souterraines ne sont pas remplies comme elles devraient l’être sur cette période, ce qui amène à un niveau nettement en dessous de la normale.

Le produit Gaucho est hors de cause dans la mortalité des colonies d’abeilles. C’est ce qu’interprète Bayer suite à la confirmation par la Cour de cassation le 4 janvier de l’arrêt rendu par la cour d’appel de Paris le 15 avril 2015 qui statuait qu’aucun lien de causalité n’avait pu être établi entre la mortalité des abeilles et l’utilisation du produit à base d’imidaclopride. L’arrêt a été rendu suite à une plainte déposée par l’Union nationale de l’apiculture française.

L’Association française de biodiversité (AFB) est opérationnelle depuis le 1er janvier suite, notamment, à la parution du décret le 27 décembre sur son organisation et son fonctionnement. Dans ses missions, l’AFB assurera une police de l’environnement dont les moyens seront mutualisés avec ceux de l’ONCFS (office de la chasse) sur ces mêmes missions. Mais ce dernier organisme a demandé au Président de la république de surseoir à cette mutalisation. A suivre.

Des parcelles d’essais de colzas tolérants à des herbicides ont été à nouveau détruites en Côte-d’Or par des « faucheurs volontaires », qui considèrent ces cultures comme des OGM. Deux autres parcelles de colza avaient déjà été détruites le 28 novembre dernier et des manifestants avaient occupé le siège de la coopérative Dijon Céréales. « Mais toutes ces techniques mises en œuvre sont homologuées et autorisées, » rappelle le collectif « Marre des faucheurs ».

Roquette va construire un site pour produire de la protéines de pois au Canada, pays qui assure aujourd'hui environ 30 % de la production mondiale de pois. Avec cet investissement d'envergure, 300 millions d'euros, l'industriel veut pouvoir répondre à la demande mondiale croissante en protéines végétales pour la nutrition humaine.

« Nous allons avoir beaucoup de difficultés jusqu’en juin », a expliqué en réunion d’information début janvier Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia. Pour le groupe qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels du port de Rouen, les années se suivent et ne se ressemblent pas. 2015/2016 et 2016/2017 seront toutes les deux à placer dans le livre des records, mais la première pour le meilleur et la seconde pour le pire. « La campagne 2015/2016 a été fabuleuse », a rappelé le directeur général. Le groupe a manutentionné 8,5 millions de tonnes de grains, soit 13 % de plus qu’une année normale. Cette hausse s’explique surtout par les 5,2 millions de tonnes de céréales chargées, un volume en hausse de 25 %, qui a masqué la baisse de 2 % des tonnages issus de l’agro-industrie (3,3 Mt chargées) liée à l’arrêt des activités engrais de Sénalia avec le groupe Koch. La campagne 2015/2016 a montré qu’il était possible « de faire plus avec le même investissement », a constaté Gilles Kindelberger.

1,8 million de tonnes de grains manutentionnées sur 2016/2017

Le dirigeant a souligné les capacités d’adaptation du groupe... Qui vont être mises à rude épreuve sur 2016/2017. « Les équipes de Sénalia n’avaient jamais chargé des mois à 30 000 tonnes », a observé le responsable. À la fin juin, le groupe devrait à peine arriver à 1,8 million de tonnes manutentionnées, un record historique à la baisse. La faute, bien sûr, à une récolte céréalière catastrophique. « J’ai pris la décision de mettre en place un dispositif de mise en temps partiel », a notamment précisé Gilles Kindelberger.

Aussi difficile soit-elle, cette campagne ne devrait pas entamer la « structure financière solide » du groupe, caractérisée entre autres par 91 millions d'euros de fonds propres. Elle ne devrait pas non plus remettre en cause la politique d’investissements de Sénalia ni ses ambitions internationales. Sénalia Maroc va ainsi voir le jour pour concrétiser les échanges de savoir-faire entre le groupe et ses partenaires marocains.

((En chiffres))

39 M€ de chiffre d’affaires sur 2015/2016

13 M€ d’EBE

91 M€ de fonds propres

148 salariés

Des stocks finaux de blé dans la moyenne

Pas aussi catastrophique que l’on aurait pu le craindre : voilà qui pourrait résumer l’analyse par FranceAgriMer des premiers mois de la campagne de commercialisation en blé. Mi-janvier, l’organisation prévoyait un stock de report de 2,6 millions de tonnes de blé, en baisse de 50 000 tonnes par rapport à décembre, soit un chiffre dans la moyenne pluriannuelle. Certes, la campagne d’exportation est mauvaise, particulièrement sur pays tiers, avec 4,8 millions de tonnes prévues à l’export contre 12,6 millions de tonnes sur 2015/2016. Mais l’origine française, finalement assez compétitive, parvient à se placer sur des marchés relativement inhabituels comme le Yémen. Et les difficultés logistiques liées à l’hiver en mer Noire pourraient lui offrir d’autres opportunités dans les semaines à venir. Tout n’est pas perdu.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures