Aller au contenu principal

Semences : un secteur qui reste fort en dépit des aléas climatiques

Chaleur et sécheresse ont apporté un rude coup à certaines productions de semences en 2022. Mais la filière garde sa force exportatrice.

Les productions de semences potagères (carottes ici) ont subi les aléas climatiques de 2022 comme celles du maïs, de la betterave, du tournesol...
Les productions de semences potagères (carottes ici) ont subi les aléas climatiques de 2022 comme celles du maïs, de la betterave, du tournesol...
© C. Gloria

Une baisse de 2 % des surfaces de multiplication : la production de semences a été à la peine en 2021-2022. « Il y a eu une grande disparité entre les espèces avec par exemple une réduction de 13 % de la production en tournesol, de 17 % en betterave, de 10 % en fourragères C’est en maïs que c’est le plus décevant avec une production située entre 60 % et 70 % de l’objectif. Une situation qui nécessite d'entamer les stocks », a présenté Pierre Pagès, vice-président de Semae, lors d’une conférence le 13 décembre.

Les conditions de chaleur et de sécheresse de 2022 sont la cause de cette diminution de production. L’évolution à la baisse (- 10 % en cinq ans) du nombre d’agriculteurs multiplicateurs ne facilite pas le maintien d’une capacité de production suffisante sur le territoire, selon les acteurs de Semae. Pourtant, la France reste le premier exportateur mondial de semences. Le secteur a dégagé un excédent commercial de 1,11 milliard d’euros (Mrd€) en 2021-2022. Les exportations augmentent, approchant les 2 milliards d’euros (1,96 Mrd€).

Semae accompagne une restructuration de la filière de production de semences en ayant défini un cadre réglementaire type pour la mise en place d’organisations de producteurs (OP). En semences, ces OP existent seulement en plants de pomme de terre dans trois régions. « Nous avons soumis notre cadre type sur les OP au ministère de l’Agriculture début novembre. Nous attendons la sortie d’un décret au printemps 2023. Les producteurs pourront se saisir de ce cadre pour créer leurs propres OP, notamment en grandes cultures comme le maïs, les espèces oléagineuses », précise Pierre Pagès.

Président de Semae, François Desprez en appelle à une juste rémunération des agriculteurs multiplicateurs intégrant les augmentations des coûts de production. « Un observatoire des prix va être mis en place sur la base d’enquêtes. Il informera sur le prix payé à l’hectare aux multiplicateurs par les établissements semenciers, par espèces et familles d’espèces », précise François Desprez.

Pour maintenir les capacités productives de la filière, Semae intervient pour garantir la disponibilité des intrants. « Nous sommes très vigilants notamment sur les zones Natura 2000 pour lesquels les préfets pourraient réglementer à terme l’usage des produits phytosanitaires. Il y a une bonne part de production de semences dans ces zones et nous avons besoin de ces produits », affirme le président.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures