Aller au contenu principal

Semences : le Gnis devient Semae et revendique une plus grande ouverture

Prise en compte des attentes sociétales, intégration des syndicats minoritaires, création d’une section dédiée aux semences de ferme et à la sélection participative, nouvelles commissions transversales favorisant les échanges… Le plan stratégique de l’interprofession des semences joue la carte de l’ouverture.

Exit le Gnis, voici Semae, le nouveau visage de l'interprofession des semences et plants, qui veut davantage toucher le grand public et représenter l'ensemble des usages des semences.
Exit le Gnis, voici Semae, le nouveau visage de l'interprofession des semences et plants, qui veut davantage toucher le grand public et représenter l'ensemble des usages des semences.

Nouveau nom, nouveau logo. Le groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis) fait peau neuve et devient Semae (prononcer « sémaé »). Au-delà de l’habillage, les responsables de la structure assurent que le changement est plus profond. « Notre interprofession est une filière d’excellence, mais nous n’avons pas évolué au même rythme que notre environnement, a concédé François Desprez, le président du Gnis, lors de la présentation publique du plan stratégique, le 27 janvier. Nous devons notamment prendre en compte l’intégration des attentes de la société civile concernant les méthodes de sélection et de recherche. Il faut résorber l’écart qui s’est créé et mieux communiquer. »

Cette nouvelle ouverture s’adresse également aux composantes du monde agricole. « Nous voulons rassembler tous les acteurs de la filière dans leur diversité », a expliqué le vice-président Pierre Pagès. Au sein du conseil d’administration, une place sera réservée à un représentant de la Coordination rurale, et une autre à la Confédération paysanne contre deux pour la FNSEA et un pour les Jeunes Agriculteurs. « La main est tendue en toute sincérité, et le dialogue est en cours sur les modalités », a assuré François Desprez.

Autre révolution : la création d’une nouvelle section « Diversité des semences et des plants ». Elle aura vocation à accueillir les acteurs des semences de ferme et paysannes et de la sélection participative. Son fonctionnement sera similaire aux autres sections existantes. La présidence et la vice-présidence seront réservées à des représentants des nouveaux entrants qui ne sont pas représentés aujourd’hui au sein du Gnis. Quel sera l’impact sur la communication de la nouvelle structure, alors que le Gnis ne jurait que par les semences certifiées ? « Jusqu’à présent, c’était simple, puisque le Gnis était l’interprofession des semences certifiées, a répondu François Desprez. Semae aura dorénavant en charge la promotion de toutes les formes et tous les usages de semences. Usages qui ne sont d’ailleurs pas antagonistes, car la plupart des agriculteurs utilisent à la fois des semences de ferme et des semences certifiées. »

Pour favoriser les échanges sur les thématiques traversant l’ensemble des secteurs des semences, quatre commissions transversales seront créées sur le modèle de la commission transversale consacrée à l’agriculture biologique : réglementation, études et prospectives (sur les statistiques et l’économie), innovation et communication. Pour Pierre Pagès, ces commissions seront un remède à « un fonctionnement actuel trop vertical axé sur les huit sections espèces, avec un besoin d’orientations partagées par toutes les sections, sans pour autant créer un mille-feuille administratif ».

Une ouverture en trompe l'oeil, d'après les défenseurs de la semence de ferme

Pourtant, l'après-midi même de la présentation publique de ce plan stratégique, la Confédération paysanne accusait une fin de non recevoir. Le syndicat annonçait son refus de siéger au sein de Semae tant que les représentants des semences de ferme ne pouvaient y participer qu'en tant qu'utilisateurs, et non en tant que producteurs. Une carence susceptible de saper la réelle influence des nouveaux venus, selon la Conf'.

Les dirigeants du Gnis ont également annoncé la formalisation de la relation entre l’État et Semae concernant la mission de service public déléguée au Gnis au travers du Service officiel de contrôle et de certification des semences et plants (Soc). Cette activité, déjà très réglementée, sera formalisée à travers un contrat d’objectif et de moyens signé avec le ministère de l’Agriculture. « Nous voulons mettre un terme au mauvais procès que l’on nous fait, celui d’être un lobby au service de quelques grandes entreprises semencières internationales, a expliqué François Desprez. L’interprofession est beaucoup plus que ça, avec des entreprises de toutes tailles, des agriculteurs multiplicateurs, des amateurs… Le Soc agit en toute indépendance et en totale impartialité. »

Le ministre Julien Denormandie a salué l'ouverture de l'interprofession à l'ensemble des syndicats et à tous les usages des semences.

Intervenant en fin de séance, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a affirmé « souscrire pleinement à cette proposition de contrat qui ne perturbera en rien le fonctionnement actuel ». Il a également salué « le souhait d’ouverture vers d’autres acteurs dans le but de tenir compte de toutes les formes et de tous les usages des semences a évidemment retenu toute mon attention. C’est là une preuve de la force de votre interprofession. »

L’interprofession semencière française en chiffres :

3,3 milliards d’euros de chiffre d'affaires pour la filière

1er producteur européen de semences

1er exportateur mondial de semences

Plus d'1 milliard d'euros d'excédent de balance commerciale

42 millions d’euros de budget financé par les cotisations volontaires obligatoires

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures