Aller au contenu principal

Semae/interprofession des semences : la Confédération dénonce une fausse main tendue

Pour la Confédération paysanne, « l’ouverture » affichée par Semae, ex-Gnis, n’est qu’une façade. Le syndicat agricole s’insurge que les représentants des semences de ferme et paysannes ne puissent siéger qu’en tant qu’utilisateurs et non comme producteurs de semences.

Pour la Confédération paysanne, les producteurs de semences de ferme et paysannes doivent pouvoir siéger au collège des producteurs de semences. © N. Ouvrard
Pour la Confédération paysanne, les producteurs de semences de ferme et paysannes doivent pouvoir siéger au collège des producteurs de semences.
© N. Ouvrard

« Ravalement de façade » et « ouverture en trompe-l’œil ». La Confédération n’est pas tendre avec les dirigeants de Semae, ex-Gnis. Le 27 janvier, l’interprofession présentait publiquement sa nouvelle identité, avec nouveau nom et nouveau logo, en mettant en avant sa volonté d’ouverture. Semae annonçait ainsi réserver une place de son conseil d’administration à un représentant de la Confédération paysanne et une autre à la Coordination rurale (CR). Les responsables de l’interprofession affirmaient vouloir « rassembler tous les acteurs de la filière dans leur diversité », avec la création d’une section dédiée aux semences de ferme et paysanne, et à la sélection participative.

Mais pour la Confédération paysanne, on est loin du compte. « La seule possibilité que nous offre le Gnis, c’est de siéger en tant qu’utilisateurs de semences, et non en tant que producteurs, alors que les gens qui font de la semence de ferme la produisent, explique Damien Houdebine, secrétaire national du syndicat. L’enjeu, c’est de pouvoir porter une revendication par rapport à la cotisation volontaire obligatoire, et il faut pouvoir siéger dans toutes les sections. » Pour lui, la conclusion est claire : « si notre demande de siéger en tant que producteurs de semences n’aboutit pas, nous ne siégerons pas. »

Nécessité d’un débat spécifique sur la semence de ferme

Pour le syndicat, la « politique de la main tendue » affichée par Semae n’est donc pas réelle. « Lorsque l’on dit que l’on veut que les gens viennent, on écoute leurs demandes, affirme Damien Houdebine. Cette demande de pouvoir siéger en tant que producteurs de semences est connue de longue date par le Gnis. Le bureau s’était engagé à nous répondre sur ces demandes, et nous n’avons appris leur décision qu’hier, lors de la présentation publique. »

La Confédération ne cache pas sa méfiance quant à la section nouvellement créée, et dénommée « Diversité des semences et des plants ». « Ne pas créer une section spécifiquement dédiée aux semences de ferme et paysannes est une façon de ne pas reconnaître qu’il y a un débat spécifique sur ce sujet », estime Damien Houdebine. Le représentant s’interroge également sur les financements qui seront alloués à cette section.

Ce positionnement est partagé par la Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF), composée de représentants de la Confédération paysanne et de la Coordination rurale. « Nous avions fait une demande commune avec la Coordination rurale, la Confédération paysanne et le Modef pour participer au collège de producteurs afin de coller à la réalité sur les exigences réglementaire et environnementale, explique Philippe Ribault, représentant de la CR et président de la CNDSF. Il faut redescendre sur le plancher des vaches. » L’élu juge toutefois nécessaire d’envoyer un représentant de la CNDSF à Semae afin « de voir si l’on peut avoir une utilité, mais nous ne resterons pas s’il s’agit de faire de la figuration ».

Les tensions autour de cette nouvelle configuration de l’interprofession reflètent un historique chargé entre le Gnis et les défenseurs des semences de ferme. Le premier a toujours communiqué sur les avantages des semences certifiées et a lutté contre la libéralisation des semences fermières ou paysannes. Les seconds remettent en cause certains arguments considérés comme faux à propos des atouts des semences certifiées.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures