Aller au contenu principal

Sélection variétale/NBT : les semenciers français veulent exempter la mutagenèse de la réglementation OGM.

Alors que la Commission européenne doit rendre en avril un rapport sur la nécessité de réviser la directive 2001/18 encadrant les OGM, l'Union française des semenciers demande que les plantes obtenues par mutagenèse soient exclues de cette réglementation.

parcelle d'expérimentation variétale
L'Union française des semenciers réclame que seules les plantes dans lesquelles il reste des gènes étrangers à cette même plante soient concernées par la directive 2001/18 encadrant les OGM.
© C. Gloria

L’offensive est lancée. Pour l’Union française des semenciers (UFS), « certains produits doivent être exclus de la directive 2001/18 » qui encadre l’utilisation et la mise en culture des OGM. Le sujet devient brûlant, alors que la Commission européenne doit rendre fin avril un rapport sur la nécessité (ou non) de réviser cette directive qui date de vingt ans. Derrière la question des OGM se cache celle des NBT, pour New Breeding Techniques, qui incluent les technologies d’édition du génome, et notamment la mutagenèse.

La question se pose en effet de savoir où classer ces plantes obtenues par mutagenèse. En 2018, la Cour de justice de l’union européenne (CJUE) avait estimé que seules les techniques de mutagenèse qui avaient fait la preuve de leur innocuité avant 2001 pouvaient s’exempter de la directive 2001/18. Les méthodes plus récentes, comme la prometteuse Crispr-Cas9, doivent donc être soumises à cette réglementation.

Problème, selon l’UFS : certaines plantes peuvent être obtenues soit par croisement sexué, soit par mutagenèse aléatoire traditionnelle (deux techniques exemptées de la directive 2001/18), soit par mutagenèse dirigée (soumise à la directive 2001/18), sans qu’il soit possible de distinguer les trois produits. « Quand on obtient des produits avec des caractéristiques identiques, mais soumis à des réglementations différentes, ce n’est pas acceptable, estime Olivier Lucas, en charge de la question des NBT à l’UFS. On vit avec une réglementation ancienne qui pose des problèmes. »

Les semenciers voient dans cette interprétation de la CJUE « une distorsion d’accès au marché selon les méthodes d’obtention » sur des bases jugées non scientifiques. La décision de la CJUE repose en effet sur des concepts « d’utilisation traditionnelle » et de « sécurité avérée », considérés par l’UFS comme sujet à interprétation.

L’UFS plaide donc pour une évolution de la réglementation, sur la base de critères simples de décisions : seules les plantes dans lesquelles il reste des gènes étrangers à cette même plante devraient être concernées par la directive 2001/18. Toute plante pouvant être obtenue par croisement sexué ou par mutagenèse devrait être exclu de ce périmètre.

Des coûts rédhibitoires générés par la réglementation OGM

En cas de statu quo, les semenciers mettent en avant le risque que le respect de la directive 2001/18 n’implique « des coûts rédhibitoires pour un grand nombre de structures qui ne pourraient donc pas travailler avec ces technologies ». Cela se traduirait par « une réduction du nombre d’espèces et de caractères travaillés », et par la « limitation forte des échanges de matériel génétique entre semenciers ». Sans compter que l'assimilation à des OGM « installe la défiance des consommateurs sur les travaux réalisés par mutagenèse, ce qui n'est pas souhaitable ».

Un point de vue auquel s'opposent des organisations comme la Confédération paysanne, pour qui les plantes obtenues par mutagenèse sont des OGM, et plaident pour un suivi renforcé de ces produits.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures