Aller au contenu principal
Font Size

Pac
Second pilier : un fort soutien de la Région aux investissements en Picardie

La Picardie devait réviser la maquette financière de son PDR pour donner plus de poids aux soutiens aux investissements, qui rencontrent un vrai succès. Les exploitations céréalières ne sont pas les plus aidées mais elles sont aussi visées.

La région soutient notamment l'achat collectif de matériel spécifique destiné à des cultures telles que le lin.
© J.-C. Gutner

À petite région, petit budget ? La Picardie qui compte 1,3 million d’hectares de SAU dont 90 % de terres arables, a récupéré un budget Feader de seulement 103,50 €/ha. C’est peu au regard de ses consœurs, et elle se place au 20e rang dans le classement des soutiens, juste devant l’Ile-de-France. Si dans le budget initial, la priorité était clairement donnée aux Maec, avec 31 millions d’euros (M€) soit 22 % du budget total (voir En chiffres), les derniers arbitrages devraient rebattre les cartes. En juin dernier, la région a proposé de grossir légèrement cette enveloppe, à 32 M€, tout en réorientant une partie des soutiens non utilisés dans le cadre de l’installation vers les aides aux investissements physiques (mesure 4). De près de 31 M€, cette mesure ferait donc désormais jeu égal avec les Maec, qui ont repris de l’intérêt en 2018 après un creux en 2016 et 2017. La région qualifie la programmation de la mesure 4 de « très dynamique ». À mi-2018, près de 17 M€ étaient déjà engagés.

5,7 % des fermes picardes aidées par la mesure 4

Sur les sept catégories de soutien proposées, trois concernent les exploitations de grandes cultures : l’amélioration de la performance énergétique, l’agroenvironnement (réduction des engrais et phytos, notamment) et le développement de filières structurantes. Il s’agit dans ce dernier cas d’accompagner l’achat collectif de matériel spécifique à la conduite de cultures spécialisées comme le lin ou la pomme de terre de fécule. Objectif : « améliorer les performances économiques des exploitations qui font entrer dans leur assolement des cultures à forte valeur ajoutée », indique le dernier rapport annuel de mise en œuvre du PDR livré par la région à Bruxelles. Au total, ces aides ont touché 5,7 % des fermes picardes sur les trois premières années de la programmation. Comme ailleurs, ce sont les élevages qui en profitent le plus : sur 256 projets retenus dans les appels à projet de 2016 et 2017 au titre des "investissements dans les exploitations agricoles", 58 % concernaient des bâtiments d’élevage, pour un montant moyen de subventions Feader de presque 30 000 € par dossier.

La réduction des intrants soutenue par les agences de l’eau

Mais les projets autour de la réduction des intrants sont également soutenus. Les aides ont surtout concerné l’achat de matériels de désherbage mécanique ou optimisant l’épandage d’engrais, mais aussi des « matériels de travail du sol diminuant l’impact érosif des pratiques culturales ». Les agences de l’eau (Artois-Picardie et Seine-normandie) ont complété en top-up les financements européens. Les projets ont en moyenne reçu 4 700 € issus du Feader mais près de 20 000 € d’argent public. Sur ces aides, la région a essayé de pousser le financement de projets collectifs, portés par des Cuma notamment, mais le succès est mitigé, avec seulement 3,5 % de l’aide publique attribuée (Feader + cofiancements) sur les premières années de programmation. Pourtant, ces dossiers bénéficient d’une majoration de leur taux de subvention. À 15 %, les résultats sont meilleurs dans le Nord-Pas-de-Calais.

Des crédits pour l’innovation

La Picardie a clôturé son premier appel à projet dans le cadre du PEI (Partenariat européen pour l’innovation) début septembre. L’objectif est d’encourager la création de « groupes opérationnels », emmenés par des producteurs, des instituts, des chambres d’agriculture ou d’autres structures sans but lucratif afin de monter des projets innovants. Ces soutiens rentrent dans le cadre de la mesure 16 (coopération), dont la région a renforcé l’enveloppe (+ 38 % à 1,80 M€) dans ses derniers arbitrages.

en chiffres

Le PDR de Picardie

13 870 exploitations agricoles

1,30 million d’hectares de SAU

137,60 M€ sur 2014-2020, dont 21,70 M€ transférés du premier vers le second pilier

22 % des fonds consacrés aux Maec (mesure 10), 19 % à la préservation de la biodiversité (mesure 7), 18 % aux investissements (mesure 4), 17 % à l’installation (mesure 6)

103,50 €/ha de SAU issus du Feader, 20e position sur 22

Source : ODR, ministère de l’Agriculture, Inra (chiffres initiaux)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures