Aller au contenu principal

Pac
Second pilier : peu de place pour les grandes cultures dans le Centre

Avec un PDR qualifié par beaucoup de "vert", la région Centre-Val-de-Loire a misé sur l’agroécologie, le bio, le travail en coopération… mais sans cibler particulièrement les grandes cultures, soutenues au final par d’autres mécanismes.

Seul un quart du budget consacré aux Maec dans le Centre profite aux exploitations de grandes cultures.
© S. Leitenberger

Selon une analyse réalisée en début de programmation par l’APCA (chambres d’agriculture), le plan de développement rural (PDR) du Centre fait partie des plus « verts ». Si l’on excepte les ICHN (Indemnités compensatoires de handicaps naturels) sur lesquels les régions n’ont pas de flexibilité, le conseil régional a mis une énorme part de son budget sur les Maec (Mesures agroenvironnementales et climatiques) qui totalisent 79 millions d’euros (M€) sur 345 M€ dans la troisième version de la maquette financière. « Nous pensions au départ que l’on ne ponctionnerait pas ce budget à hauteur des prévisions, se rappelle Benoît Tassin, directeur adjoint de la chambre d’agriculture régionale. En fait si, mais la demande vient essentiellement des exploitations en polyculture élevage. » La Maec système grandes cultures n’a été contractualisée en 2015 que sur sept territoires du Cher, soit sur 27 exploitations et 3600 ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
La diversité des cultures et la présence d'infrastructures agroécologiques sont deux des voies pour toucher l'écorégime, auxquelles s'ajoutent le bio et la certification environnementale.
PAC 2023 : comment accéder à l’écorégime ?
L’écorégime remplace le paiement vert au sein des aides PAC, pour un montant proche. Relativement accessible en grandes cultures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures