Aller au contenu principal

Se sécuriser en diversifiant et en associant

Du trèfle en semis sous couvert, des associations céréales-protéagineux... Pour 2017, François Mellon est plus que jamais décidé à ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Résumons : par rapport à une année normale, les rendements de François Mellon sont globalement divisés par deux. « J'ai fait entre 20 et 25 q/ha pour toutes mes cultures, relate-t-il. La seule bonne surprise vient des lentilles, avec 18 q/ha. » En cameline, culture à forte valeur ajoutée qu'il transforme, il n'a pu récupérer que 300 kg/ha, soit un total de 1,5 tonne. Or il lui faut quelque 4 tonnes pour fournir ses clients. L'agriculteur va devoir s'approvisionner en dehors de sa ferme, une première. « Je vais déroger à mes principes, explique-t-il, mais c'est la seule solution. » L'année est mauvaise, mais l'agriculteur ne se plaint pas : ses blés ont des PS de 80 kg/hl, et surtout, les prix en bio restent corrects : « on est en déficit sur quasiment toutes les cultures, précise-t-il. Nous n'avons pas comme en conventionnel la triple peine, pas de volume, pas de qualité, pas de prix ».

La rémunération de la luzerne pas à la hauteur en 2016

Toutefois François Mellon reste lucide. D'ici 2018, les prix des céréales bio pourraient pâtir de l'augmentation du nombre d'agriculteurs entrés en conversion en 2015. Sa récente déception en luzerne l'a échaudé. « Pour la récolte 2015, nous avons été payés au final 40 euros/t pour un rendement de 7 tonnes/ha. Ça ne couvre même pas le coût de l'engrais apporté. » Cette plante qui avait aidé François Mellon à sauter le pas du 100 % bio pourrait bien être réduite à la portion congrue. En 2017, il n'en restera que 14 hectares, contre 38 en 2016. « Un tiers de la ferme avec une même culture, c'est trop dangereux, estime-t-il. C'est un peu ça le problème de l'année : lorsque l'on est trop spécialisé, on est vulnérable. La diversification est primordiale. » Idem pour les débouchés : l'agriculteur a trouvé un éleveur qui lui prendra tout ou partie de sa récolte, selon ce que lui proposera l'usine qui ne sera plus son seul client.

Du trèfle pour apporter de l'azote et assainir les parcelles

Autre enseignement de l'année : l'intérêt des cultures associées. « J'ai récolté pour la première fois un mélange triticale/pois, que j'ai semé à l'automne, raconte l'agriculteur. J'ai obtenu 10 quintaux/ha en triticale et 7 q/ha en pois. Les pois étaient debout grâce au triticale, plutôt moins malade qu'en variété pure, et la parcelle était propre. » Un vrai bon point pour une année très dif f icile sur le plan du désherbage. François Mellon a aussi tenté le semis sous couvert de trèfle. « Pour 20 euros/ha de semences, 4 kilos/ha à 5 euros, je récupère 60 unités d'azote pour la culture suivante et les parcelles sont propres, explique-t-il. Pour moi qui suis à la recherche d'une plus grande autonomie, c'est parfait. » 2017 sera donc l'année du trèfle : il accompagnera orge et blé de printemps. Ce sera aussi l'année du seigle, une culture que François Mellon veut développer sur sa ferme.

Voir aussi : Trois stratégies à l'épreuve de la moisson 2016, David Vincent : des intrants de mieux en mieux modulés, Philippe Houdan : ventes anticipées et sarrasin pour sauver la mise ainsi que Trois tendances qui remuent les grandes cultures.

L'assurance va limiter le manque à gagner

Malgré son optimisme, François Mellon va affronter une campagne compliquée. « J'ai quasiment 50 % de pertes de rendement, soit 750 euros/ha de produits en moins », explique-t-il. L'assurance climatique va l'aider. « J'y souscris depuis qu'elle existe. Assurance grêle comprise, cela me coûte 42 euros/ha par an. Pour moi, c'est indispensable en bio compte tenu des risques techniques. » L'agriculteur devrait toucher 350 à 400 euros/ha car il a pour la première fois racheté 15 % de sa franchise. S'il n'a pas d'encours chez ses fournisseurs, François Mellon a des prêts. « J'ai renouvelé mon tracteur l'an dernier, signale-t-il. Il avait plus de vingt ans. Je l'ai financé par un prêt. » Pour cette campagne, l'exploitant a pu négocier avec sa banque. Il ne remboursera que 80 euros/ha d'annuités.

Les plus lus

 © Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures