Aller au contenu principal
Font Size

[Salon de l’agriculture] L’impact négatif mésestimé de l’ozone sur le rendement du blé

Jean-François Castell, Inrae/AgroParisTech, "Le blé tendre est très sensible à l'ozone alors que d'autres céréales comme l'orge sont tolérantes."
© C.Gloria

L’ozone (O3) est un gaz qui diffuse à l’intérieur des plantes et il n’est pas sans effet. « Nous avons des références sur ce gaz depuis trente ans et on a déjà bien mesuré son impact négatif sur le rendement du blé tendre. Une étude ancienne sur la variété Soissons montrait qu’une augmentation de 7 % d’ozone dans de l’air ambiant se traduisait par une perte de rendement de 20 %, présentait Jean-François Castell, de l’UMR Ecosys à l’Inra/AgroParisTech lors de la conférence sur la qualité de l’air organisée au SIA le 26 février. Des prévisions d’ICP Vegetation sur l’année 2020 font état d’une perte de 9 % de production du blé tendre sur l’Europe de l’Ouest à cause de l’ozone. Ses émissions proviennent de polluants précurseurs tels que le méthane, les oxydes d’azote venant du trafic automobile, des composés organiques d’origines diverses et elles sont élevées en particulier dans les régions à fort rayonnement solaire. « Les différentes espèces végétales réagissent différemment. Si le blé tendre y est très sensible, l’orge est assez tolérante parmi les céréales, signale Jean-François Castell. Il y a peu de travaux de recherche pour mettre au point des génotypes plus tolérants à l’ozone pour les espèces sensibles. » Mais selon le chercheur, il est plus efficace aujourd’hui de mettre en œuvre des politiques publiques visant à réduire les niveaux de pollution à l’ozone que de chercher à adapter les cultures à ce polluant. Après une augmentation de l’ozone dans les années 90, on assiste à une stagnation de ce polluant depuis le début des années 2000, peut-être grâce à des mesures de réduction des émissions de ses précurseurs. Mais d’autres régions du globe devraient être soumises à une forte augmentation de ce gaz dans les années à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures