Aller au contenu principal

[Salon de l’agriculture] L’impact négatif mésestimé de l’ozone sur le rendement du blé

Jean-François Castell, Inrae/AgroParisTech, "Le blé tendre est très sensible à l'ozone alors que d'autres céréales comme l'orge sont tolérantes."
© C.Gloria

L’ozone (O3) est un gaz qui diffuse à l’intérieur des plantes et il n’est pas sans effet. « Nous avons des références sur ce gaz depuis trente ans et on a déjà bien mesuré son impact négatif sur le rendement du blé tendre. Une étude ancienne sur la variété Soissons montrait qu’une augmentation de 7 % d’ozone dans de l’air ambiant se traduisait par une perte de rendement de 20 %, présentait Jean-François Castell, de l’UMR Ecosys à l’Inra/AgroParisTech lors de la conférence sur la qualité de l’air organisée au SIA le 26 février. Des prévisions d’ICP Vegetation sur l’année 2020 font état d’une perte de 9 % de production du blé tendre sur l’Europe de l’Ouest à cause de l’ozone. Ses émissions proviennent de polluants précurseurs tels que le méthane, les oxydes d’azote venant du trafic automobile, des composés organiques d’origines diverses et elles sont élevées en particulier dans les régions à fort rayonnement solaire. « Les différentes espèces végétales réagissent différemment. Si le blé tendre y est très sensible, l’orge est assez tolérante parmi les céréales, signale Jean-François Castell. Il y a peu de travaux de recherche pour mettre au point des génotypes plus tolérants à l’ozone pour les espèces sensibles. » Mais selon le chercheur, il est plus efficace aujourd’hui de mettre en œuvre des politiques publiques visant à réduire les niveaux de pollution à l’ozone que de chercher à adapter les cultures à ce polluant. Après une augmentation de l’ozone dans les années 90, on assiste à une stagnation de ce polluant depuis le début des années 2000, peut-être grâce à des mesures de réduction des émissions de ses précurseurs. Mais d’autres régions du globe devraient être soumises à une forte augmentation de ce gaz dans les années à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures