Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Salon de l’agriculture] Démarrage d’une campagne de prévention sur les équipements de protection individuelle (EPI) pour les traitements phytosanitaires

Une combinaison de protection individuelle réutilisable coûte de l'ordre de 80 euros.
© C.Gloria

« Les agriculteurs utilisent peu des équipements de protection corporelle lors des traitements phytosanitaires : 18 à 20 % seulement », selon Clotilde Bois-Marchand, chargé de mission à la FNSEA. Les raisons sont diverses : inconfort, défaut d’efficacité, coût, image du « cosmonaute » avec certains de ces équipements… Pourtant, une nouvelle génération de ces EPI, équipements de protection individuelle, a fait l’objet d’une conception prenant en compte les besoins de l’agriculteur et montrant une sécurité sans faille vis-à-vis de l’exposition aux phytos. Pour faire admettre la nécessité de les porter, des moyens sont mis en œuvre pour communiquer sur ces EPI mais aussi sur toute la démarche de prévention qu’il faut adopter lors des différentes phases d’exposition aux phytos : bonne lecture des étiquettes, règles d’hygiène, organisation de son environnement de travail... Sur la durée d’un an, une campagne de communication a obtenu un financement Ecophyto à hauteur de 200 000 euros auquel s’ajoute la contribution financière de partenaires au développement de ces EPI comme de l’UIPP, de la FNSEA, de distributeurs, de fabricants d’EPI… Une combinaison de protection individuelle coûte de l’ordre de 80 euros. Elle est réutilisable de nombreuses fois ce qui rend ce type d’équipement de 30 à 40 % moins cher que des EPI à usage unique. Un site web est dédié à ces EPI (www.epiphyto.fr) où figurent toutes les informations utiles au travers de documents, de tutos et de vidéos.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures