Aller au contenu principal

[Salon de l’agriculture] Démarrage d’une campagne de prévention sur les équipements de protection individuelle (EPI) pour les traitements phytosanitaires

Une combinaison de protection individuelle réutilisable coûte de l'ordre de 80 euros.
© C.Gloria

« Les agriculteurs utilisent peu des équipements de protection corporelle lors des traitements phytosanitaires : 18 à 20 % seulement », selon Clotilde Bois-Marchand, chargé de mission à la FNSEA. Les raisons sont diverses : inconfort, défaut d’efficacité, coût, image du « cosmonaute » avec certains de ces équipements… Pourtant, une nouvelle génération de ces EPI, équipements de protection individuelle, a fait l’objet d’une conception prenant en compte les besoins de l’agriculteur et montrant une sécurité sans faille vis-à-vis de l’exposition aux phytos.

Pour faire admettre la nécessité de les porter, des moyens sont mis en œuvre pour communiquer sur ces EPI mais aussi sur toute la démarche de prévention qu’il faut adopter lors des différentes phases d’exposition aux phytos : bonne lecture des étiquettes, règles d’hygiène, organisation de son environnement de travail...

Sur la durée d’un an, une campagne de communication a obtenu un financement Ecophyto à hauteur de 200 000 euros auquel s’ajoute la contribution financière de partenaires au développement de ces EPI comme de l’UIPP, de la FNSEA, de distributeurs, de fabricants d’EPI…

Une combinaison de protection individuelle coûte de l’ordre de 80 euros. Elle est réutilisable de nombreuses fois ce qui rend ce type d’équipement de 30 à 40 % moins cher que des EPI à usage unique. Un site web est dédié à ces EPI (www.epiphyto.fr) où figurent toutes les informations utiles au travers de documents, de tutos et de vidéos.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures