Aller au contenu principal

Biocarburants
Saipol prêt à monétiser la valeur environnementale de son biodiesel

Après l’Oléo 100, Saipol veut développer la commercialisation à l’export de biocarburants à très forte valeur ajoutée environnementale. Cela passe par la mise en place d’une nouvelle relation avec ses fournisseurs agriculteurs.

L'Allemagne, en particulier, est en attente d'un biodiesel "ultravert", à forte capacité de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
© Mitra Sahara/ Flickr

« Nous voulons monétiser la valeur environnementale de nos produits », a expliqué Christophe Beaunoir, responsable commercialisation et trading chez Saipol, à l’occasion des rencontres Oléopro organisées le 29 novembre à Paris. Dans la suite de la sortie de l’Oléo 100, nouveau carburant 100 % biodiesel destiné aux flottes captives des transporteurs et des collectivités, c’est l’un des principaux challenges que se fixe la société pour retrouver de la rentabilité sur un marché très chahuté. « Il y a une hiérarchie des prix liée aux performances environnementales du biocarburant », a expliqué Romain Lebas, responsable du service durabilité de Saipol. La société compte bien en profiter.

Profiter des besoins en biocarburant fortement réducteur de ges de l’Allemagne

Car si la France a choisi de développer l’incorporation des biocarburants à hauteur de 7 % en volume, ce n’est pas le cas de plusieurs de ses voisins, en particulier de l’Allemagne : dans ce pays, l’industrie pétrolière n’a plus depuis 2015 l’obligation d’incorporer un pourcentage de biocarburants mais un objectif de réduction globale des émissions de gaz à effet de serre (ges) sur le cycle de vie de ses carburants. « Le métier du pétrolier est de vendre du diesel, pas du biocarburant, il cherche donc du biocarburant le plus efficient possible en matière de réduction de ges afin d’en mettre le moins possible », explique Christophe Beaunoir. C’est sur ce créneau que compte se développer Saipol.

Aujourd’hui, en intégrant l’amont de la filière, le biodiesel hexagonal permet une réduction de ges de 50 à 68 % lorsqu’il est issu de colza et de 65 à 77 % pour un tournesol. Or c’est à partir de 75 % de réduction de gaz à effet de serre qu’il est possible de monétiser la valeur environnementale du biocarburant. « Avec des pratiques agricoles adaptées, on peut obtenir plus de 85 % de réduction de gaz à effet de serre », a précisé Romain Lebas. L’entreprise veut donc travailler avec les agriculteurs autour de deux objectifs : la réduction voire l’abandon du labour et/ou l’utilisation d’intrants azotés organiques. La firme a également fait des essais d’intercultures. Deux espèces, la cameline et la moutarde d’Abyssinie (brassica carinata), s’avèrent intéressantes dans une rotation classique colza/blé/orge. Et elles pourraient être récoltées afin de produire des biocarburants à très haute valeur environnementale. « Source de coûts, l’interculture deviendrait une source de revenus », a résumé Romain Lebas.

Une plateforme digitale pour tracer les cultures au second semestre 2019

Pour ce faire, l’industriel aura besoin d’une traçabilité précise et complète des parcelles cultivées. « Il va falloir prouver que notre colza est durable, cascader les bonnes pratiques depuis la parcelle jusque chez Saipol », a poursuivi Christophe Beaunoir. Cela passe par l’arrêt en juin 2019 des « démarches de progrès » colza et tournesol diester. Lancées dans les années 90, elles concernent aujourd’hui 422 000 tonnes de graines et une quarantaine d’OS mais ne débouchent sur aucune valorisation. Au second semestre 2019, la société va donc lancer une « plateforme digitale assez structurante », afin de créer ce lien avec les agriculteurs. Une petite révolution dans le monde des oléagineux, qui fait suite à la mise en place l’an passé de Feedmarket.fr, sa plateforme de vente en direct de tourteaux. Comme l’a indiqué Christophe Beaunoir, la société a un an pour « repositionner la relation » avec la distribution et les agriculteurs…

Les perspectives sont en tout cas bien réelles : 150 à 180 000 tonnes de biodiesel seront vendues en 2018 sur le marché allemand, un marché où la société ne commercialisait jusqu’en 2017 que quelques milliers de tonnes par an. Pour 2018, Christophe Beaunoir pronostique des ventes en volumes de ces biocarburants « ultraverts » de l’ordre de 600 000 tonnes à l’export. Cela représenterait 30 % des volumes produits par le groupe. A ce nouveau débouché, viendrait s’ajouter le débouché Oléo 100, qui absorberait 20 % des volumes. Au total 50 % de la production du groupe seraient donc réorientés vers des marchés à plus forte valeur ajoutée, différents des commodités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures