Aller au contenu principal

Semences
Saaten Union défend son produit Croisor 100

Asur plant breeding, ex-Saaten union recherche a présenté le 17 septembre à Paris son nouvel actionnariat et ses stratégies engagées, notamment sur l’avenir de l’hybridation chimique pour la production de semences de blé tendre hybride avec son produit Croisor 100.

Le board des directeurs d'Asur plant breeding (de gauche à droite) : Jean-Benoît Sarazin, directeur technologies ; Charles Snijders, directeur sélection ; Wolf von Rade, président ; Guillaume de Castelbajac, directeur général et Frédéric Rousseau, directeur des opérations.
© S. Thillaye

Lors d’une conférence de presse le 17 septembre à Paris, Saaten Union a présenté sa structure de recherche en France qui prend dorénavant le nom d’Asur plant breeding. Trois coopératives entrent au capital de Asur plant breeding : Acolyance, Terre Atlantique et la Cavac. Historiquement partenaires, les coopératives étaient déjà promotrices de semences d’hybrides de céréales à paille, spécialité de Saaten Union. « Ensemble, elles représentent 13 % du capital de la structure à hauteur de 3,5 millions d’euros, a annoncé Guillaume de Castelbajac, directeur général d’Asur plant breeding. L’actionnaire majoritaire est le sélectionneur allemand Nordsaat à hauteur de 50 % et le reste est partagé par les trois autres obtenteurs du groupe Saaten Union : Ackermann, Petersen et Südwestsaat ».

Réduction de 30 % des doses

A cette occasion la filiale a apporté quelques précisions sur leur agent chimique d’hybridation (ACH) : « nous sommes de plus en plus convaincu que le Croisor 100 est le meilleur outil d’hybridation actuel », indique Guillaume de Castelbajac. Seul ACH existant dans le monde, le Croisor 100 est la formulation commerciale de la matière active réhomologuée en 2011 : le sintofen. La firme possède l’autorisation de mise sur le marché jusqu’en 2024 et compte bien continuer à développer le marché des blés hybrides obtenus grâce à cet ACH. « Le blé tendre est la céréale la plus cultivée dans le monde, a rappelé le directeur général. Et nous voulons capitaliser sur nos 25 années d’expertise ». D’autant plus que « le Croisor 100 ne fonctionne pas sur l’orge », a-t-il précisé. Autre argument : « aujourd’hui notre bonne connaissance du produit nous permet de réduire les doses de Croisor 100 de 30 % », note Jean-Benoît Sarazin, directeur technologies d'Asur plant breeding.

Par ailleurs, la firme innove en conservant ses semences sous-vides. Le procédé permet de garder des semences à la qualité préservée sur une longue durée, plus de deux ans. Déjà 6 000 tonnes ont été conditionnées en big bag avec réduction des pertes de semences.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures