Aller au contenu principal

Redevance phytos : combien cela vous coûte ?

La redevance pollution diffuse (RPD) figure sur toutes les factures de phytos depuis 2008 et ne cesse d’augmenter. Les montants collectés sont dédiés à la conversion de notre modèle agricole.

Part de la RPD dans un programme phytosanitaire sur blé
La part de la taxe phyto dans le coût total d'un programme de protection phytosanitaire sur blé a augmenté de 4 points en cinq ans.
© Infographie Réussir

À quoi sert la RPD ?

Le but affiché de la redevance pollution diffuse (RPD) est de limiter l’utilisation des produits phytosanitaires les plus dangereux. Instaurée en 2008 par la Loi sur l’eau, elle collectait initialement 40 millions d’euros. Elle s'est élevée à 147 millions d’euros en 2017 et à 169 millions en 2018. En 2019, le montant de la redevance avoisine les 146 millions d’euros. La totalité des sommes collectées par les distributeurs de phytos est reversée aux agences de l’eau.

Comment est-elle calculée ?

La RPD représente environ 13 % du coût d’un programme blé. Quatre taux de redevance existent, appliqués par kilo de substance active (SA), déterminés par le classement toxicologique : le mancozèbe et le métazachlore sont taxés à 9 euros le kilo de SA, l'azoxistrobine et l'alphamethrine à 5,10 euros le kilo de SA, le prochloraze, le prosulfocarbe et le glyphosate à 3 euros le kilo de SA. Le 2-4 D est taxé à 0,90 euro le kilo de SA.

À quoi sert l’argent prélevé ?

Les sommes collectées financent des « projets de transition écologique ». Le montant de ces aides était de 226 millions d’euros en 2017. Elles incluent l'animation du plan Écophyto et des fermes Dephy (41 millions d’euros), et le financement des bulletins de santé du végétal (BSV) régionaux (30 millions d’euros). Les agences financent également les investissements logistiques de filières à bas niveau d’intrants (AB, chanvre ou miscanthus) et la promotion des changements de pratiques.

Les agriculteurs peuvent-ils retrouver ces sommes ?

Oui, en cas de conversion en agriculture biologique ou d'achat de matériels de désherbage mécanique, voire de buses antidérives. Les aides atteignent parfois jusqu’à 60 % des investissements. Autour des captages d’eau, les agriculteurs peuvent aussi bénéficier de « paiements pour services environnementaux » en réduisant leurs apports d’azote permettant d’améliorer les teneurs en nitrates de l’eau.

Les plus lus

Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
La recherche variétale est l'un des axes du nouveau plan protéines, tout comme le transfert massif de connaissances et d'outils à destination des agriculteurs. © C. Gloria
Un nouveau plan protéines qui suscite l’espoir
Le nouveau plan protéines est accueilli favorablement par la plupart des acteurs du terrain, qui saluent l’approche en filière et…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures