Aller au contenu principal

Remous sur la définition des perturbateurs endocriniens

Le texte devant définir les perturbateurs endocriniens constitue la patate chaude de la Commission européenne. La définition était attendue depuis des années. La Commission a proposé plusieurs versions, en juin puis en novembre 2016. Le vote le 21 décembre n’a pas abouti à l’adoption du texte, faute de consensus parmi les experts nationaux du Comité permanent sur les plantes, les animaux et les aliments. Beaucoup de produits de protection des cultures sont considérés comme des perturbateurs endocriniens et l’enjeu de l’adoption d’un texte avec des critères de définition est de faire interdire ou restreindre l’utilisation de ces molécules dont certaines sont très utilisées en agriculture. Une nouvelle proposition de la Commission européenne sera débattue en 2017.

Les légumes de plein champ en berne

Comme la grande majorité des productions végétales, les légumes de plein champ ont pâti des conditions météorologiques de 2016. Le Cenaldi(1) a rendu un bilan morose sur la campagne passée. L’excès d’eau, le manque de luminosité puis les coups de chaud de juillet ont eu raison des pois avec une récolte qui se solde par un déficit proche de 20 % par rapport à ce qui était prévu dans les contrats. Les cultures de jeunes carottes ont connu également une baisse de rendement. Le déficit en haricots atteint 10 000 tonnes, soit 3 % des volumes contractuel, quant aux flageolets, ce sont 15 % des volumes attendus (- 3000 t) qui manquent. Le résultat financier des cultures légumières n’est pas au rendez-vous, comme pour les autres productions végétales.

(1) Association d’organisations de producteurs de légumes de plein champ à destination industrielle

Union de coops dans le Sud-Ouest

Mi-janvier, les groupes coopératifs Maïsadour (8000 adhérents) et Terres du Sud (6000 adhérents) ont annoncé leur décision de former une union. Validé par le conseil d’administration et les représentants du personnel, le projet devrait prendre effet au cours de l’année 2017. Le nouveau géant du Sud-Ouest totalisera 7500 salariés pour un chiffre d’affaires de deux milliards d’euros, les trois quarts de ce dernier étant apportés par Maïsadour. Les présidents des deux structures, Michel Prugue pour Maïsadour et Patrick Grizou pour Terres du Sud, veulent ainsi aller au-delà des « seules alliances 'métiers' », « passer à la vitesse supérieure pour être plus forts sur nos marchés, notamment à l’international » et « assurer la pérennité de nos exploitations familiales ». L’union reste « ouverte » à d’autres groupes coopératifs intéressés…

V.N.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures