Aller au contenu principal

Remous sur la définition des perturbateurs endocriniens

Le texte devant définir les perturbateurs endocriniens constitue la patate chaude de la Commission européenne. La définition était attendue depuis des années. La Commission a proposé plusieurs versions, en juin puis en novembre 2016. Le vote le 21 décembre n’a pas abouti à l’adoption du texte, faute de consensus parmi les experts nationaux du Comité permanent sur les plantes, les animaux et les aliments. Beaucoup de produits de protection des cultures sont considérés comme des perturbateurs endocriniens et l’enjeu de l’adoption d’un texte avec des critères de définition est de faire interdire ou restreindre l’utilisation de ces molécules dont certaines sont très utilisées en agriculture. Une nouvelle proposition de la Commission européenne sera débattue en 2017.

Les légumes de plein champ en berne

Comme la grande majorité des productions végétales, les légumes de plein champ ont pâti des conditions météorologiques de 2016. Le Cenaldi(1) a rendu un bilan morose sur la campagne passée. L’excès d’eau, le manque de luminosité puis les coups de chaud de juillet ont eu raison des pois avec une récolte qui se solde par un déficit proche de 20 % par rapport à ce qui était prévu dans les contrats. Les cultures de jeunes carottes ont connu également une baisse de rendement. Le déficit en haricots atteint 10 000 tonnes, soit 3 % des volumes contractuel, quant aux flageolets, ce sont 15 % des volumes attendus (- 3000 t) qui manquent. Le résultat financier des cultures légumières n’est pas au rendez-vous, comme pour les autres productions végétales.

(1) Association d’organisations de producteurs de légumes de plein champ à destination industrielle

Union de coops dans le Sud-Ouest

Mi-janvier, les groupes coopératifs Maïsadour (8000 adhérents) et Terres du Sud (6000 adhérents) ont annoncé leur décision de former une union. Validé par le conseil d’administration et les représentants du personnel, le projet devrait prendre effet au cours de l’année 2017. Le nouveau géant du Sud-Ouest totalisera 7500 salariés pour un chiffre d’affaires de deux milliards d’euros, les trois quarts de ce dernier étant apportés par Maïsadour. Les présidents des deux structures, Michel Prugue pour Maïsadour et Patrick Grizou pour Terres du Sud, veulent ainsi aller au-delà des « seules alliances 'métiers' », « passer à la vitesse supérieure pour être plus forts sur nos marchés, notamment à l’international » et « assurer la pérennité de nos exploitations familiales ». L’union reste « ouverte » à d’autres groupes coopératifs intéressés…

V.N.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures