Aller au contenu principal

Regain d’attractivité pour les métiers de l’agriculture ?

Des agriculteurs propulsés "héros du quotidien" et un afflux de volontaires pour aller travailler dans les champs... La crise pourrait aider à redorer l'image de l'agriculture dans l'opinion.

En valorisant l'agriculture, la crise pourrait redonner de l'attrait à des métiers qui manquent structurellement de candidats. © J.-C. Gutner
En valorisant l'agriculture, la crise pourrait redonner de l'attrait à des métiers qui manquent structurellement de candidats.
© J.-C. Gutner

Les agricultrices et agriculteurs ont toujours bénéficié d’une image positive dans l’opinion, malgré certaines critiques virulentes à l’encontre du modèle agricole majoritaire. Mais c’est actuellement l’agriculture dans son ensemble qui voit sa cote remonter dans l’opinion en tant qu’activité essentielle. Les remises en cause n’ont pas totalement cessé. Certaines ONG accusent les pollutions générées par l’agriculture de fragiliser la population face au Covid-19 ; d’autres établissent un lien entre consommation de viande et montée en puissance des virus. Néanmoins, la crise a placé les agriculteurs sous les feux de la rampe, parfois rangés parmi les « héros du quotidien » aux côtés des personnels soignants, des caissières, des chauffeurs, des éboueurs…

Pallier l'absence de nombreux saisonniers

Le succès de l’appel des syndicats et des pouvoirs publics pour aider au travail des champs peut laisser de l’espoir. Près de 250 000 candidats s’étaient portés volontaires à la mi-avril via la plateforme WiziFarm. Il s’agissait de battre le rappel pour pallier l’absence des nombreux saisonniers étrangers. Les travailleurs d’Europe de l’Est et d’Afrique du Nord qui œuvrent habituellement aux récoltes de fruits et légumes à partir du printemps sont en effet largement bloqués aux frontières. Cette mobilisation a fait du bruit, et a permis au grand public de prendre conscience de la dépendance de certaines productions à la main-d’œuvre étrangère.

"Se rendre utile" en travaillant aux champs

Les nouvelles recrues tiendront-elles sur la durée ? Certaines visions fantasmées du « travail au plein air » risquent de se fracasser sur la réalité du terrain. Toutefois, la motivation avancée par certains de « se rendre utile » est un signal positif pour l’image de l’agriculture. Les motivations sont certes très diverses chez les aspirants, mais on peut espérer un début de reconnexion entre le grand public et le monde agricole. Et, qui sait, l’épisode pourrait susciter de nouvelles vocations pour un secteur qui manque structurellement de bras, mais aussi de salariés qualifiés.

Les plus lus

Semis direct de maïs précoce après un premier semis qui n a pas levé en raison de mauvaises conditions climatiques et des dégâts d'animaux nuisibles, corbeaux et ...
Semis de printemps : quelles solutions pour remplacer les orges de printemps non semées ?

Après les semis d’automne perturbés par les fortes pluies, la sortie d’hiver et les premiers semis de printemps sont, eux…

L'arrêté abeilles impose de réaliser les traitements de type fongicides sur le colza le soir.
Fongicides sur colza : quelles sont les conditions d'utilisation prévues par l’arrêté abeilles ?

Depuis 2023, l'arrêté abeilles impose le respect d'horaires pour utiliser certains produits phytosanitaires en période de…

Thomas Pointereau, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)  "Contre les volatiles tels que les pigeons, je fais une demande dérogatoire de tirs auprès de la préfecture ou de ...
Dégâts d’oiseau : « Je dépose des tas de grains de pois et de maïs en bordure des champs pour faire diversion »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce (Loiret), Thomas Pointereau parvient à contenir les attaques d'oiseaux sur maïs. C'est plus…
Le décalage de semis de maïs ou de tournesol augmente le risque d'attaques importantes de pigeons et corvidés.
Dégâts d’oiseaux : des produits efficaces à venir en traitement de semences
De nouvelles spécialités corvifuges sont en cours de test pour le traitement de semences de maïs et de tournesol, avec parfois…
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France

La situation des sols continue de se dégrader en France sur leur teneur en phosphore. Conséquences : des pertes de…

Marc Moser, agriculteur à Kurtzenhouse (67)"En 2024, j’envisage d’appliquer un anti-dicotylédones à 5-6 feuilles du maïs et/ou une application dirigée de Banvel à ...
Désherbage maïs : « Nous faisons face à l’explosion de datura dans nos parcelles »

Le datura est signalé en Alsace depuis quelques années. Agriculteur à Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Marc Moser doit dorénavant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures