Aller au contenu principal

Réduire les charges pour passer les années difficiles

Le climat hors normes a pesé sur les résultats de Philippe Houdan. La baisse drastique de ses charges opérationnelles, directement liées à son mode de production, devrait lui permettre de faire face.

Le colza associé, semé très précocement, fait son retour sur la ferme de Philippe Houdan, qui compte sur sa bonne valorisation.
© V. Noël

« À chaque fois, les orages sont passés à côté de la ferme. » Pour Philippe Houdan, sécheresse et anomalies climatiques resteront les faits marquants de la campagne 2016-2017. Il n’est pas près d’oublier certains épisodes : « En avril, nous avons eu un pic de chaleur à 27,7 °C sous abri, suivi juste après de quelques jours à -5 °C, se souvient-il. Les orges de printemps étaient toutes blanches ». Les céréales à paille, qui couvrent les trois quarts des 375 hectares de la ferme, ont souffert de ces conditions difficiles : si la qualité est au rendez-vous, les rendements sont en baisse de plus d’un tiers par rapport aux valeurs habituelles. Le blé tendre ne fait que 47 q/ha, par exemple, soit tout juste mieux que les 41 q/ha de 2016. Mais le malaise est général et Philippe Houdan ne s’en sort pas moins bien que ses voisins, eux aussi à la peine. Sauf qu’il a beaucoup moins de charges. Grâce aux macérations végétales (ortie, consoude…) qui aident la culture à renforcer ses défenses naturelles, aux couverts qui enrichissent les sols ou aux semis ultra-précoces (fin août en blé) qui contribuent à limiter le désherbage, il est parvenu à réduire drastiquement ses charges opérationnelles. Elles sont tombées à une moyenne de 185 euros/ha pour la campagne 2016-2017. « Il n’y avait pas de maladies, je n’ai utilisé que 15 litres de fongicides pour toute l’exploitation, qui m’ont servi uniquement sur une partie de mon orge d’hiver », précise-t-il. À l’inverse, l’agriculteur n’a pas lésiné sur les macérations qui ne lui coûtent rien. « J’ai fait quatre apports sur blé », note-t-il. Philippe Houdan a également limité les frais en engrais : « Après le gros coup de gel du printemps, j’ai arrêté l’azote sur blé et orge, qui n’ont donc pas reçu de dernier apport ». Et il a réduit ses densités, qui ne dépassent pas les 90 kg/ha en blé d’hiver.

Un EBE qui tournerait autour de 355 euros/ha grâce à des charges maîtrisées

Ces faibles charges devraient lui permettre de passer l’année sans trop de dommage. L’agriculteur a déjà arbitré une bonne partie de la récolte. Il a ainsi vendu une partie de son blé avant moisson à Dijon Céréales, à un prix minimum garanti de 150 euros/t. Un put à la baisse intégré dans le contrat devrait lui permettre de profiter d’une éventuelle hausse des cours. À ce stade, l’agriculteur, qui a presque tout récolté hormis son mélange de soja-sarrasin et sa luzerne, prévoit un produit moyen de 855 euros/ha. Le chiffre comprend les 210 euros/ha des aides PAC. Avec des charges de structure de l’ordre de 315 euros/ha, il compte sur une EBE de 355 euros/ha. De quoi couvrir annuités d’emprunts et rémunération mais sans autoriser la constitution d’une réserve de trésorerie.

Une envie d’aller davantage vers le citoyen-consommateur

Reste que le contexte est difficile. Philippe Houdan a différé son projet d’achat d’un moulin à farine, faute pour l’instant de temps et de moyens. L’ouverture d’un magasin à la ferme reste elle aussi en stand-by, même si l’agriculteur compte bien commercialiser au détail la production de ses quelques sept hectares de lentilles, cultivées comme en bio. L’envie d’interagir davantage avec le monde extérieur est bien là. En attendant mieux, Philippe Houdan s’est investi dans la nuit de l’agroécologie… Un petit succès : « On aurait pu aller bien au-delà des horaires prévus, il y avait beaucoup de questions ! », se remémore-t-il, ravi de la quarantaine de personnes venues assister aux exposés de son GIEE Envisol. Si elle n’est pas bio, l’agriculture durable que pratique Philippe Houdan plait aux consommateurs.

Les huiles essentielles en ligne de mire

Un feu vert des autorités et Philippe Houdan se lancerait immédiatement dans l’application d’huiles essentielles à grande échelle. Les essais qu’il a conduits cette année l’ont renforcé dans ses convictions. Clou de girofle et carvi contre les champignons, ail et pamplemousse contre les insectes… Ses connaissances se sont affinées. Il a notamment testé un mélange de trois huiles qu’il a apporté à une concentration maximale de 60 à 70 ml/ha. « Dans le blé, mes deux témoins ont fait 2 q/ha de plus que le reste de la parcelle », indique-t-il. Philippe Houdan a envie de progresser dans cette voie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures