Aller au contenu principal

Recouplage dans le nouveau Farm Bill aux Etats-Unis

Le système assurantiel sera très développé dans la politique agricole américaine pour la période 2014-2018.

Le texte adopté le 4 février der- nier par le Congrès améri- cain entraîne une importante réorientation de la politique agri- cole outre-Atlan- tique. Cette réforme, en débat depuis deux ans, se justifie par le niveau des cours des dernières années. L’objectif étant de ne soutenir les producteurs que lorsqu’ils en ont besoin, ce projet de loi met ainsi fin au système d’aides décou- plées dont le versement avait lieu tous les ans, que les surfaces soient semées ou non. Le Farm Bill 2014 s’oriente vers un dispositif d’assurance récolte visant à indemniser les pertes de récoltes supé- rieures à 30 % (sur la base du prix moyen du marché sur les douze derniers mois) et vers un système de filet de sécurité permettant une couverture en cas de baisse de prix entre le semis et la récolte. Ainsi les farmers américains qui bénéficiaient jusqu’alors de soutiens contra-cycliques se verront proposer un mécanisme d’as- surance chiffre d’affaires. Les cotisations d’assurances payées par les agriculteurs seront subventionnées à hauteur de 60 % environ. Le Farm Act renforcera les mesures environnementales tout en en rationalisant les programmes d’aides (réduction de 23 mesures à 13).


POLITIQUE AGRICOLE OPPOSÉE À CELLE DE L’UE


En dehors du soutien à la production, le nouveau Farm Bill réduira l’aide alimentaire aux Américains. C’était le principal différend entre la chambre des Représentants à majorité républicaine et le Sénat à majorité démocrate, qui a fait durer les débats si longtemps. Ce n’est pas sur l’aspect budgétaire que le texte apporte de profonds changements car globalement, le nouveau Farm Bill coûtera 956 milliards de dollars (Md$) sur 10 ans, en retrait de 23 Md$ « seulement », mais bien sur les orientations et les conséquences en termes de choix de production. La politique choisie s’inscrit clairement dans une volonté de protection des agriculteurs contre la volatilité et les risques climatiques. « Tout le monde sur la planète ne pense pas que les prix resteront élevés demain », indique Momagri, laissant entendre que l’UE à une vision différente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures