Aller au contenu principal

Ravageurs colza : « J’utilise un produit de biocontrôle à l’efficacité proche du Boravi WG »

Agriculteur à Tilloy-les-Conty dans la Somme, Arnaud Mortier tente de limiter l'usage d'insecticides contre les ravageurs du colza.

Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
© Ferme de Loeuilly

« En colza, les altises sont devenues un problème important. Je réalise des traitements en commençant par l’application d’une pyréthrinoïde trois semaines après le semis pour viser les petites altises quand je remarque de nombreuses piqûres sur les pieds de colza. Contre les adultes de grosse altise, une intervention est nécessaire entre fin septembre et début octobre.

Depuis trois ans, j’utilise un produit de biocontrôle à base de purin d’ail, commercialisé par Agrithil Conseil. J’obtiens de très bons résultats et j’estime son efficacité équivalente à celle du produit Boravi WG. À 12 euros de l’hectare, le coût n’est pas plus élevé qu’un insecticide classique. Boravi WG est réservé à la troisième application fin octobre ou début novembre. Mais compte tenu de son retrait, je ne sais pas ce que je réaliserai comme intervention cette année. Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps.

Avant ces traitements, je soigne l’implantation du colza avec un semis direct précoce la seconde quinzaine d’août, un lit de semences de qualité et des pratiques d’agriculture de conservation des sols qui maintiennent une bonne fraîcheur du sol. Les colzas sont semés avec des plantes compagnes, un mélange de féverole, lentille et fenugrec qui a un effet perceptible sur les insectes. J’applique un engrais en localisé au semis pour obtenir un effet starter, soit du 18-46 (azote et phosphore) à 100 kilos par hectare, soit du Topfos (soufre et phosphore). J’obtiens en moyenne des rendements entre 40 et 45 quintaux/hectare (52 q/ha en 2022) entre mes sols limono-argilo-sableux et terres de craie. »

Ferme de Loeuilly SARL (Arnaud et François-Xavier Mortier). 298 ha dont 150 de blé tendre, 20 de colza, betterave sucrière, lin textile, escourgeon, pois de conserve (et semences), trèfle incarnat, lentille… Prestation de travaux agricoles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures