Aller au contenu principal

Ravageur du maïs : ne pas confondre pyrale et sésamie

L'identification des larves (chenilles) entre la pyrale et la sésamie est cruciale pour adopter le bon moyen de lutte.

La présence sur les côtés de points noirs est caractéristique de la larve de sésamie, rose pâle et sans poils. © Arvalis
La présence sur les côtés de points noirs est caractéristique de la larve de sésamie, rose pâle et sans poils.
© Arvalis

« Une confusion entre pyrale et sésamie a sans doute contribué à sous-estimer la présence de sésamie là où elle est peu connue, estime Jean-Baptiste Thibord, chez Arvalis. Des agriculteurs peuvent avoir ciblé la protection sur la pyrale avec des trichogrammes, inefficaces sur sésamie, ce qui a probablement favorisé la progression des populations. Une bonne identification des larves est essentielle. »

Rose pâle, sans poils, la larve de sésamie mesure 40 mm. La présence sur les côtés de points noirs, les orifices respiratoires, est caractéristique. Les larves passent l’hiver dans le collet des plants de maïs. La nymphose débute mi-avril, les adultes apparaissant de mi-mai à fin juin.

Le service technique de la coopérative Vivadour vous présente les différences entre les larves de pyrale et de sésamie.

Le deuxième vol s’étale de mi-juillet à début septembre. Le taux de multiplication entre première et deuxième générations est élevé. Une femelle de deuxième génération pond 200 à 300 œufs. Certaines années, un troisième vol est observé.

Les dégâts de première génération, de 3-4 feuilles à 10-12 feuilles, se manifestent par des foyers de quelques mètres carrés, avec des pieds qui se dessèchent et disparaissent, et une vingtaine de larves au collet. La deuxième génération se repère aux galeries et sciures sur les tiges, pédoncules et épis.

Les attaques de première génération sur plants jeunes entraînent de fortes pertes de densité. Puis la deuxième génération peut renforcer les dégâts (baisse du PMG, casse de tiges, verse, perte d’épis). En grain, la perte de rendement moyenne par plante est de 7 % par larve présente dans la tige à la récolte.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures