Aller au contenu principal

Fendt
Quatre cylindres pour le 500 Vario

A l'occasion de l'inauguration d'un nouveau complexe de production ultra-moderne à Marktoberdorf, le tractoriste bavarois lance la nouvelle gamme 500 Vario. Composée de quatre modèles de 125 à 165 chevaux, elle est motorisée par un moteur Deutz quatre cylindres de 4,04 litres répond aux normes anti-pollution Tier 4i, grâce à une rampe commune à injection haute pression et à un traitement des gaz d'échappement à l'AdBlue (système SCR).

Offrant un gabarit plus imposant que l'actuelle gamme 400 Vario, les 500 Vario se révèlent même plus lourds de près d'une tonne que les anciens Favorit 500 C (5,4 tonnes), mais plus maniables grâce à un empattement de 2,56 m, contre 2,61 m sur le Favorit.

Les 500 Vario abritent une transmission Vario ML 90 sensiblement renforcée par rapport aux 400 Vario et disposent de la gestion automatique  de la transmission et du moteur TMS, ainsi que du superviseur de sous-régime.

Comme les récents 700 Vario, les 500 bénéficient de la nouvelle cabine VisioPlus, notamment reconnaissable à leur pare-brise bombé vers le haut permettant de suivre sans discontinuité la montée d'une charge sur le chargeur frontal. Spacieux, ce poste de conduite retrouve toutes les commandes et l'accoudoir que l'on connait sur la dernière génération de Vario 700. En option selon les modèles, le terminal Variotronic permet d'accéder au guidage par satellites, l'Isobus, à la documentation VarioDoc.

Trois finitions sont proposées Power, Profi et Profi Plus. Les deux premières accèdent de série à un terminal tactile 7 pouces, tandis que la Profi Plus bénéficie du terminal 10,4 pouces, dont l'affichage peut être scindé en 4 parties.

Du côté de l'hydraulique, les 500 Power se limitent à une pompe load sensing de 75 l/min de série et quatre distributeurs DE, alors que les deux autres versions abritent en standard une pompe load sensing de 110 l/min et jusqu'à cinq distributeurs arrière, deux avant et le Power beyond.

Modèle : Vario 512, 513, 514 et 516
Puissance maximale : 125, 135, 145 et 165 ch
Poids à vide : 6 ; 6 ; 6,4 et 6,4 tonnes
Relevage av/ar : 3,4 t/7,8 t

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures