Aller au contenu principal

Analyse
Quand la ferme familiale cède la place à l’entreprise agricole

Dans une large étude, le ministère de l’Agriculture fait le point sur l’emploi agricole. L’étude confirme le vieillissement de la population… et le passage à des structures plus entrepreneuriales.

Les transmissions familiales perdent du terrain au fil des années.
© S. Leitenberger

Comment le métier d’agriculteur se transforme-t-il ? C’est la vaste question à laquelle souhaite répondre l’ouvrage Actif’Agri réalisé par le Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture, présenté le 10 avril. Chiffres à l’appui, l’étude confirme deux tendances connues. D’une part, la population des actifs agricoles se réduit, avec une perte de 25 % des exploitants en quinze ans. La baisse semble toutefois moins rapide en grandes cultures (-1,5 % entre 2015 et 2016) qu’en élevage bovins (- 3,3 %). D’autre part, cette population vieillit. Entre 2010 et 2016, la part des 60 ans et plus est passée de 10 à 17 %. Consolation : si l’agriculteur français, 52 ans en moyenne, est plus vieux que la moyenne des actifs de l’Hexagone (40,5 ans), il est plus jeune que nombre de ses homologues de l’Union européenne.

La main-d’œuvre se concentre dans les grandes fermes

L’étude montre également que les 10 % des fermes les plus grandes concentrent 22 % des emplois. La main-d’œuvre non salariée y progresse plus vite qu’ailleurs (+ 0,7 % par an contre - 0,4 % pour les plus petites). Structurellement plus élevé dans ces fermes-là, le nombre de salariés augmente lui aussi, mais moins vite que dans les exploitations plus petites. Globalement, le salariat agricole se précarise, avec des travailleurs plus jeunes et moins bien payés que dans les autres secteurs.

Autre enseignement : les exploitants s’émancipent de plus en plus de leur famille. Dans les fermes grandes et moyennes, les deux tiers des conjoints qui ne sont pas coexploitants travaillent à l’extérieur. Et plus de 30 % des installations se sont effectuées hors du cadre familial en 2017, contre moins de 25 % en 1998. « 20 % des agriculteurs sont d’ascendance paternelle non agricole contre 10 % seulement vingt-cinq ans plus tôt », précise l’étude qui souligne également que, de plus en plus souvent, le successeur « désigné » refuse de reprendre la ferme…

La délégation intégrale se développe

C’est flagrant en grandes cultures : la délégation intégrale, qui consiste à faire faire tous les travaux culturaux par une entreprise, prend de l’ampleur. Elle touchait 12,5 % des exploitations en 2016. L’Eure, la Haute-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques sont les départements les plus concernés. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures