Aller au contenu principal

Produits phytosanitaires
« Protégez-vous lors des traitements » préconise la présidente de la Caisse centrale de la MSA

Avec le dispositif Phyt´attitude, l´objectif de la Mutualité sociale agricole est d´améliorer la connaissance et la prévention des risques liés à l´application des produits phytosanitaires. Explications de Jeannette Gros, présidente de la MSA.


Vous lancez l´opération Phyt´attitude avec l´ouverture d´un numéro vert. De quoi s´agit-il ?
Jeannette Gros - Avec le dispositif Phyt´Attidude, l´objectif de la MSA est d´améliorer la connaissance des risques liés à l´application des produits phytosanitaires. Un numéro vert (0800 887 887) gratuit(1) est ouvert à tous les utilisateurs de produits phytosanitaires victimes de symptômes liés à leur emploi. Les produits phytosanitaires sont responsables de nombreux troubles de la santé : irritations de la peau, problèmes respiratoires, vomissements, nausées. Nous invitons toutes les personnes qui ont des symptômes petits ou grands, après application de produits phytosanitaires à nous en faire part. C´est un renforcement du réseau de toxicovigilance existant depuis 1991.

Pratiquement, comment cela se passe-t-il ?
J. G. - La victime appelle le 0800 887 887. Un opérateur vérifie que l´état de la personne ne nécessite pas de soins urgents, car ce n´est pas un numéro d´urgence. Puis il la met directement en relation avec le service Prévention de son département. Là il sera interrogé sur ses symptômes et les traitements effectués (matières actives, spécialités, conditions d´application.). L´opérateur demandera les coordonnées de la personne pour un éventuel suivi du dossier. Mais les informations recueillies sont, bien entendu, confidentielles.

A quoi servent tous les renseignements ainsi collectés ?
J. G. - A une plus grande connaissance des risques liés à l´emploi des produits phytosanitaires, ceci pour lancer des actions de préventions collectives. Selon une étude menée en 1999 sur 2 085 applicateurs de produits phytosanitaires, 20 %, un sur cinq, déclare avoir eu des troubles après application de produits phytosanitaires. Peu de victimes ont le réflexe de signaler leurs troubles. Certaines ne font pas le lien entre l´application et la survenue de ces phénomènes qui sont ressentis parfois comme un risque du métier.
La MSA veut faire de la gestion de ce risque une priorité nationale en 2004 en matière de sécurité au travail. Nous allons multiplier les opérations d´informations, de sensibilisation aux risques liés aux traitements. La MSA a une expertise reconnue dans ce domaine et siège à la Commission des toxiques, chargée de donner un avis avant l´homologation des produits mais aussi après. Nous avons déjà eu l´occasion de peser sur certaines décisions.

Pouvez-vous nous parler de dossiers sur lesquels la MSA est intervenue ?
J. G. - Lors de la réhomologation du paraquat, qui est reconnu irritant pour la peau, nous avons obtenu l´interdiction de pulvériser ce produit avec des appareils à dos. Notre demande a été reçue parce qu´appuyée par des données sur des incidents venant de notre réseau de toxicovigilance. Un autre exemple est celui de l´interdiction totale de l´arsenite de soude en traitement de la vigne. C´est suite à une enquête chez des viticulteurs que ce produit a été interdit. Désormais, il n´y a plus aucun produit réputé cancérigène de classe 1 et 2 autorisé en traitement de cultures. Mais cette interdiction laisse les viticulteurs démunis dans la lutte contre l´esca, une maladie du bois contre laquelle il n´y a pas à ce jour d´autre solution que l´arsenic !

Nous avons aussi fait reconnaître le risque de contamination indirecte suite à des traitements, quand des personnes travaillent dans des serres ou des parcelles récemment traitées. Désormais il y a un délai à appliquer avant de rentrer dans les parcelles traitées, six heures en milieu ouvert, en plein air, huit heures en milieu fermé. Ce délai est porté à 24 heures si le produit utilisé est irritant et même 48 heures s´il est connu pour être allergisant.
Les produits phytosanitaires ne sont pas neutres et des précautions doivent être prises lors de leur application pour protéger les personnes.

(1) A partir d´un téléphone fixe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures