Aller au contenu principal

Profiter de taux encore très bas pour renouveler son matériel agricole

Pour acquérir un matériel, hormis l’autofinancement, il existe plusieurs solutions : crédit-bail, location financière ou prêt bancaire. En agriculture, ce dernier prédomine.

Les taux d'emprunt bancaire se situent actuellement autour de 0,85% sur cinq ans. © C. Baudart
Les taux d'emprunt bancaire se situent actuellement autour de 0,85% sur cinq ans.
© C. Baudart

Le prêt bancaire pour acheter du matériel a deux atouts : rapidité et simplicité. Effectué directement auprès des concessionnaires, des outils comme Agilor du Crédit agricole ou Actimat du Crédit mutuel permettent le financement de 60 % à 80 % des investissements en matériels agricoles. « Les taux sont relativement bas, autour de 0,85 % sur cinq ans et 1,10 % sur dix ans, ce qui limite le coût du crédit et plaide pour ce type de financement », explique Henri Jacques, responsable Agilor au Crédit agricole Nord Est.

Lire aussi : Six questions à se poser avant de réinvestir

Un prêt sous 48 heures sans rendez-vous à la banque

Souscrire un prêt directement auprès de son concessionnaire est simple et rapide : pas besoin de contacter son banquier, la réponse intervient sous 48 heures. Autre avantage de ces financements : une souplesse pour déterminer la date de l’annuité. Avec Agilor, la première échéance peut être fixée jusqu’à 21 mois après la date d’acquisition. Pour nombre de situations, c’est un point qui compte : elle permet de lisser les charges de l’exploitation.

Pour aller plus loin : Mettez toutes les chances de votre côté pour votre demande de prêt

De cinq à quinze ans selon l’investissement

Ces prêts bancaires permettent également de définir avec souplesse le rythme et la durée de remboursement (de 3 à 15 ans selon l’investissement). Surtout, à la fin de la période de remboursement, on est pleinement propriétaire du matériel. Une réalité qui n’est pas vraie pour d’autres solutions de financement comme le crédit-bail. Cette formule, peu utilisée, permet par contre un rythme d’amortissement plus flexible. Autre solution de financement : la location financière (leasing), adaptée à du matériel qui se déprécie très vite et qu’on n’achètera jamais.

Lire également : « J’autofinance au maximum mes investissements »

« Le taux n’est pas le seul point à analyser, rappelle Anne Deprez, du Cerfrance. Quel que soit le mode de financement, il faut calculer le montant des frais de dossiers, des assurances décès invalidités (ADI) et des frais annexes. Ils sont parfois presque identiques au coût de l’emprunt. »

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures