Aller au contenu principal

Prévoyance complémentaire : faire le bon calcul en cas d’absence

Un accident du travail peut déboucher sur des maladies ou une invalidité. L’économie de la ferme peut en pâtir et une assurance complémentaire peut apporter une solution.

Un environnement propice à la solidarité peut permettre de limiter le niveau de franchise pour l'assurance complémentaire.
© S.Leitenberger

« La première chose à protéger dans une exploitation, c’est l’agriculteur », affirme Laurent Louis, responsable métiers et souscriptions chez Groupama. Sans lui, l’exploitation est à l’arrêt. Alors pour améliorer les indemnités de la MSA, plusieurs types d’assurances sont disponibles. Mais encore faut-il bien choisir les niveaux de franchise et d’indemnités, dont dépend le montant de la prime annuelle. Chez Pacifica par exemple, « nous proposons des franchises entre dix et quinze jours dans le cas d’un accident du travail et entre quinze et trente jours pour un arrêt maladie », indique Jean-Michel Geeraert, directeur marché de l’agriculture.

Indemnités journalières et franchise à définir

Pour définir la franchise, Sébastien Mérat, consultant en gestion des risques chez Péri-G, conseille d’analyser l’organisation de l’entreprise et de son environnement : "il faut surtout visualiser le contexte de la ferme pour savoir s’il est possible ou pas de remplacer l’exploitant rapidement, indique-t-il. S’il y a un environnement propice à la solidarité par la présence d’un parent ou l’aide d’un agriculteur voisin, on conseille de choisir une franchise élevée, c’est-à-dire un nombre de jours importants, avant le déclenchement de l’indemnité journalière. Être facilement remplaçable permet plus de souplesse et limite la prime d’assurance ». Dans le cas contraire, le conseiller préconise de déclencher l’indemnité dès le premier jour. Le contrat permet également de définir le montant de l’indemnité journalière, qui est à relier aux besoins de l’exploitant.

Lorsqu’une invalidité est avérée, les indemnités journalières s’arrêtent après deux ans d’absence et passent le relais à une rente ou un capital défini à la souscription. Une assurance invalidité « calcule l’ensemble des besoins que l’on pourrait avoir en tant qu’invalide et ce n’est pas simple, avoue Sébastien Mérat. Dans la pratique les exploitants choisissent plutôt un montant par défaut, en fonction de ce qu’ils sont prêts à payer ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures