Aller au contenu principal

Pression sur les variétés tolérantes à un herbicide

Les ONG veulent remettre en cause la culture des variétés tolérantes à un herbicide telles que le colza Clearfield : pour elles, elles se rapprochent dangereusement des OGM.

Les colzas Clearfield sont des variétés mises au point par une technique de mutagénèse datant d'avant 2001.
© C.Gloria

La saisine des ONG auprès du Conseil d’État portait sur les variétés tolérantes à un herbicide (VTH) obtenue par mutagénèse et actuellement cultivées comme des tournesols et les colzas Clearfield, en plus des NBT. Sans répondre directement sur ces variétés, la CJUE constate que la directive sur les OGM ne s’applique pas « aux organismes obtenus au moyen de certaines techniques de mutagénèse, à savoir celles qui ont été traditionnellement utilisées pour diverses applications et dont la sécurité est avérée depuis longtemps. »

Les VTH ayant été mis au point grâce à des techniques antérieures à 2001, année de l’application de la directive qui les exempte de la législation sur les OGM, on pourrait considérer qu’elles ont été obtenues avec ces méthodes traditionnelles de mutagénèse. C’est l’interprétation de la filière semences mais pas celle des ONG. « Les colzas Clearfield résistants à un herbicide ont été obtenus avec des techniques de mutagénèse avec multiplication de microspores (pollen). Il s’agit de l’obtention de clones de lignées mâles sans croisement sexuel, ce qui n’existe pas dans la nature, relève Guy Kastler, responsable commission et semences à la Confédération paysanne. La technique n’est pas traditionnelle à notre sens et l’on obtient clairement des OGM. En outre, ces cultures ont un impact sur l’environnement avec des repousses de colza elles-mêmes devenues résistantes à un herbicide, une augmentation de l’apparition d’adventices résistantes à l’herbicide, des résidus d’herbicides qui se retrouvent dans l’eau… bref, des problèmes identiques à ceux connus avec l’utilisation d’OGM résistants au RoundUp (glyphosate). » La Confédération Paysanne demande la suspension immédiate « de la culture des variétés rendues tolérantes aux herbicides par diverses techniques. »

L’arrêt de la Cour européenne laisse un flou

Lors d’un déjeuner de presse le 28 novembre, Sébastien Windsor, président de Terres Inovia, s’est prononcé sur l’arrêt de la CJUE et les VTH : « Un retrait des VTH serait un vrai signal donné à un recul de la biodiversité dans certaines régions de France. » L’utilisation de variétés issues de la mutagénèse a en effet permis de recultiver du tournesol ou du colza dans des situations où il ne s’en faisait plus. « Mais l’arrêt de la Cour européenne laisse un flou, » remarque Sébastien Windsor. Ces variétés qui restent autorisées ont prouvé leur innocuité, selon les filières de production et les entreprises semencières. La CJUE précise que « les États membres sont libres de soumettre de tels organismes aux obligations prévues par la directive sur les OGM ou à d’autres obligations. » C’est au Conseil d’État dorénavant de trancher sur cette question. Rendez-vous dans quelques mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures