Aller au contenu principal

Pour une gestion efficace et responsable de l’eau

Les acteurs des filières agricoles plaident pour une politique ambitieuse de stockage de l’eau.

« Il faudrait créer 800 à 900 millions de m3 de retenues d’eau au niveau national en réponse au changement climatique mais depuis huit ans, il n’y a plus de concrétisation dans les projets engagés. » Président du groupe « eau » à la FNSEA et agriculteur irrigant dans les Landes (1), Jean-Luc Capes est amer. « Dans le bassin Adour-Garonne, il y a une vingtaine de projets pour le stockage de 65 millions de m3 prévus d’ici 2021 et estampillés sur leur faisabilité par l’Agence de l’eau. Sivens en fait partie. Mais le dernier projet qui a abouti date de 2005 avec 20 millions de m3 dont 10 pour l’étiage de rivières. » L’agriculteur met l’accent sur l’intérêt des retenues pour l’environnement, le soutien d’étiage des rivières en l’occurrence, autant que pour les activités des agriculteurs.

L’accès à l’eau indispensable pour les semences

Le colloque Eau et semences qui s’est tenu le 30 septembre a eu pour mérite de faire un état des lieux de l’irrigation en France. « L’accès à l’eau est indispensable pour la production de semences entre autres. 37 % des surfaces de semences sont irriguées", précise régis Fournier, président de l’Union française des semenciers (UFS), qui ne manque pas de rappeler que les semences sont une filière d’excellence en France, numéro un mondial à l’export.
Le financement de réserves d’eau de substitution a fait l’objet d’un moratoire en 2012 par le ministère de l’Écologie de l’époque. Ce moratoire a été levé l’année suivante mais les nouvelles conditions de financement ne sont clairement connues que depuis cette année. Les créations doivent s’inscrire dans un projet de territoire où différentes parties prenantes sont appelées à se concerter. « Mais, témoigne Jean-Luc Capes, on reste englué dans des contraintes administratives ».

(1) Également président de Maïsadour semences.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures